Menu


Le requisitoire de Amsatou Sow Sidibé contre Macky Sall

Jeudi 18 Mai 2017

Le constat est unanime : école en perdition, chômage endémique, insécurité, brutalités et dictature avec son lot de brimades et persécutions, corruption, gabegie, népotisme, etc. Ni considération, ni équité (« xadj ak sene »). Un déficit de bonne gouvernance fait primer les intérêts particuliers sur l’intérêt général. C’est la course effrénée aux prébendes.


Une chasse aux sorcières aux allures de règlement de comptes est instaurée, impactant négativement les projets entrepreneuriaux et, par ricochet, entraînant une souffrance et une déliquescence de l’entrepreneuriat populaire (tailleurs, petits restaurants, salons de coiffure, mécaniciens, commerçants, ambulants, etc.). On ne pense qu'à sa réélection, on favorise sa famille et ses amis.

Les principes sont dévoyés et les pratiques contredisent les engagements. Le climat politique est malsain, les citoyens perdent confiance en leurs institutions et les risques de dérapages sont grands. Nous vivons en réalité une crise des valeurs -aussi bien les valeurs républicaines, que les valeurs sociales- qui est déstabilisante pour notre pays, en impactant tous les secteurs : l’administration, l’éducation, la santé, l’emploi, la politique, l’environnement, le développement, la paix.

La démocratie repose sur deux libertés : la liberté d’expression et la liberté d’information, qui, ces derniers temps, ont été malmenées. Cette crise des valeurs est le point nodal. (« Ali keuleudj ») Tous -à des degrés divers- à la fois victimes et complices de cette culture qui s’est installée sournoisement-, nous devons proposer des solutions concrètes en vue de rétablir la vitalité de notre démocratie.

Il faut un vrai changement, autre chose que ce qu’on a l’habitude de nous servir, aussi bien dans le fond que sur la forme. Face à cette situation, j’ai décidé de créer une troisième voie politique dont l’idéologie est fondée sur la primauté des Valeurs. Le Politique doit œuvrer pour l’instauration d’un véritable Etat de droit et, pour cela
● Veiller au respect strict de la séparation des pouvoirs et à la vitalité des contre-pouvoirs indispensables.

La justice est le socle de la quiétude et de la paix. Son indépendance effective garantit les libertés et favorise l’investissement.

● Réhabiliter le système éducatif
● Protéger nos terroirs et nos ressources naturelles pour un développement durable ;
● Garantir l'abolition des privilèges, notamment en matière fiscale; L’Etat doit être fort -sans être brutal ni étouffant - et placer le citoyen au centre de toutes ses préoccupations en mettant en avant le principe de redevabilité (« Wareef »).

Un Sénégal nouveau est possible ! Nous invitons tous ceux qui partagent nos idéaux, à venir soutenir une idée nouvelle : celle d’une Troisième Voie politique, fondée sur nos Valeurs. La Troisième Voie est la voie des citoyens sans aucune distinction. Face à la bipolarisation Majorité-Opposition, nous proclamons notre volonté d’émancipation et notre refus d’être les instruments de la rivalité entre les deux pôles existants. Notre projet est la résultante d’une prise de conscience et d’une volonté commune de constituer une véritable alternative favorable à la demande sociale et aux aspirations des citoyens (nes).

Le crédo que nous proposons s’inscrit dans une vision citoyenne constructive. Il s’agit de veiller au respect des droits fondamentaux de la personne humaine sans oublier ses obligations, tant à l’échelle nationale qu’au plan international. Nous ouvrons des perspectives aux jeunes, aux hommes, aux femmes, à toutes les franges vulnérables de la population, en zone urbaine, rurale, dans les banlieues et dans la diaspora.

Nous voulons également mettre en œuvre des politiques qui libèrent les initiatives et promeuvent notre génie national. La Troisième Voie est celle qui refuse de laisser primer les intérêts personnels au détriment de ceux de la collectivité. C’est la voie qui prône le respect scrupuleux des engagements, de la vérité et du travail, pour le salut de la nation sénégalaise, en s’attachant aux valeurs fondamentales de la République et de la société.

La Troisième Voie politique est la voie de la mobilisation et de la solidarité. Elle respecte la dignité humaine, suscite un regain d’intérêt et ravive la flamme de l’espoir. Il est évident que cette voie se détourne de tout esprit de règlement de comptes, de sectarisme et d’ostracisme et s’attache à instaurer à la fois, un Etat de droit fort et une démocratie participative par l’implication directe des populations aux processus décisionnels.

Par conséquent, elle luttera contre l’injustice sociale, judiciaire, administrative et économique. Elle incite à plus d’égards pour les personnes, qu’elles soient physiques ou morales. Elle accorde une place privilégiée à la famille pour l’encadrer et garantit sa protection et son bien-être. Elle vise à instaurer la transparence à tous les niveaux de gouvernance. La Troisième Voie s’active pour que le pays retrouve ses équilibres.

Sur cette base, nous invitons les mouvements, les associations, les familles, les personnes affiliées ou non à un parti politique, les partis politiques, etc., en somme, tous ceux et toutes celles qui partagent ce projet alternatif construit sur l’idée de changement, à nous rejoindre dans un cadre de convergence autour de l’intérêt national. (« Kou nekk guiss thi sa bopp ») (Que chacun y trouve ses intérêts). Ensemble, nous pouvons relever les défis qui nous interpellent.

AMSATOU SOW SIDIBE,
Professeur Titulaire de Classe Exceptionnelle,
Agrégée des Facultés de Droit,
Ancienne Directrice de l’Institut des Droits de L’Homme et de la Paix, UCAD,
Présidente du Parti politique Car /Leneen. 



Nouveau commentaire :