Ce TER tout de mensonges et d’escroquerie

TRIBUNE LIBRE
Mardi 13 Avril 2021

Ce TER tout de mensonges et d’escroquerie
Le 14 janvier 2019, à quelques encablures de l’élection présidentielle du 24 février de la même année – il convient de le rappeler –, notre président-politicien procédait à la réception de la première phase du projet du Train Express régional (TER), allant de Dakar à Diamniadio.

Á l’occasion, le comédien national déclarait : « Aujourd’hui, 14 janvier 2019, le temps de l’action nous rassemble devant la majestueuse et emblématique gare de Dakar ; cette gare qui, après sa rénovation complète et son extension, a l’allure fière et rajeunie des œuvres qui défient le temps. Nous sommes réunis ici pour honorer un rendez-vous et tenir une promesse ; une promesse faite il y a exactement deux ans et un mois, le 14 décembre 2016, quand nous avions procédé à Diamniadio, au lancement du grand chantier de Train Express Régional Dakar-AIBD, sur 55 Km.  J’avais alors donné rendez-vous le 14 janvier 2019 pour la réception de la première phase du projet, allant de Dakar à Diamniadiosur un linéaire de 36 km.   
Ainsi dit, ainsi fait. Nous y voilà ! »

Et notre président-politicien de poursuivre son cinéma, sa comédie : « Avec cette cérémonie, nous réceptionnons la première phase du TER, mais aussi le tout premier projet ferroviaire de l’histoire du Sénégal indépendant ; soit 136 ans après l’ouverture, en 1883, du tronçon Dakar-Rufisque, qui faisait partie du projet ferroviaire de l’ère coloniale, Dakar-Saint-Louis. » Ce train vaut donc vraiment 656 milliards de francs CFA, le coût qu’il a déclaré à l’occasion de cette cérémonie ‘’solennelle’’. Pour nous en convaincre, il annonce que le TER contribuera à « décongestionner Dakar et ses environs ; réduire considérablement les embouteillages et la pollution due au trafic routier ; valoriser les zones traversées ; renforcer la vocation des pôles de développement comme Diamniadio, la Zone économique de Diass, le nouvel Aéroport International Blaise Diagne et les localités environnantes. »

Sans sourcilier, il ajoutera : « Et comme le TER ira au-delà de Diamniadio, pour gagner du temps, nous avons déjà réalisé les études de faisabilité détaillées de la phase II, sur le linéaire de 19 km qui le mènera jusqu’à l’Aéroport international Blaise Diagne. Nous allons nous atteler sans tarder à la mobilisation des ressources pour le financement de cette phase. » 

Et ce n’est pas tout. Lui-même l’exprime, en ces termes : « Et ce n’est pas fini, car notre ambition, étape après étape, c’est de connecter le TER à nos autres régions, pour donner plein sens à sa vocation de Train Express Régional. Cette ambition est fidèle à la vocation du TER : être une figure emblématique du Sénégal émergent, mais aussi être un train populaire, un train accessible à toutes les bourses et à toutes nos localités ; bref être le train de tous les sénégalais et de toutes les sénégalaises. » 
Enfin, le rideau du théâtre tombe sur cette phrase : « C’est cela aussi le Sénégal de tous, le Sénégal pour tous. » Ce président-politicien, ce comédien a une chance inouïe, celle de régner sur un peuple qui passe rapidement sur les événements.

Rappelons que cette cérémonie avait lieu le 14 janvier 2019. Nous sommes aujourd’hui le 13 mars 2021, soit deux ans deux mois après. Nous attendons toujours la mise en service de ce TER qui nous a déjà coûté les yeux de la tête. Des dates nous ont toujours été avancées : janvier 2019, juin 2019, décembre 2019, avril 2020, décembre 2020, avril 2021 et, aujourd’hui, décembre 2021, selon un certain Mayacine Camara, Secrétaire d’État auprès du Ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement chargé du Réseau ferroviaire, qui a accordé une longue interview au quotidien L’AS du samedi 10 avril 2012 (pages 7 et 8). Avant de nous arrêter sur cette interview, nous nous posons quand même la question de savoir de quel réseau ferroviaire il est le Secrétaire d’État. Notre patrimoine ferroviaire se réduit, pour le moment tout au moins, à un ‘’petit train bleu’’ à l’arrêt et à un TER dont personne ne sait quand il va démarrer.

Revenons à la longue interview ! Á la première question, ‘’Quand est-ce qu’on pourra espérer la relance de tous les trains à l’arrêt’’, il répond : « Cette situation n’est jamais arrivée au Sénégal. C’est très difficile. » Heureusement qu’il le reconnaît. Il rappelle la première consigne reçue du Chef de l’État « qui était d’organiser le secteur qui était un peu sens dessus dessous (et) de faire du secteur ferroviaire un véritable levier pour la croissance et l’emploi ». L’atteinte de cet objectif n’est sûrement pas demain la veille, en tout cas pas avec eux. Mais il rassure en évoquant un document stratégique qui devait régler tous les problèmes. « Le processus qu’on a mené pour arriver à cette stratégie est très inclusif », précise-t-il. « Très inclusif » ! Il est inclusif ou ne l’est pas. Ce ‘’très’’ n’y a pas sa place.
Notre Secrétaire d’État prend vraiment son travail très au sérieux. Nous retenons sa réponse définitive à la première question posée. C’est celle-ci : « Nous travaillons d’arrache-pied pour que le trafic ferroviaire hors train Express régional (TER) démarre définitivement, parce qu’il ne faut plus qu’il s’arrête. » Et il ajoute : « En tout cas, l’objectif, c’est de relancer le train d’ici à décembre pour aller au moins jusqu’à Tambacounda. » Encore un rendez-vous ! En tout cas décembre, c’est dans huit mois au plus.

Une deuxième question lui est posée, celle-ci : ‘’ Redémarrer le trafic ferroviaire d’ici décembre, cela veut-il dire que tout est fin prêt ?’’ Il répond que « le tronçon Dakar-Tamba est au cœur de la stratégie, la dorsale sur laquelle il faut travailler à fond, que toute la politique ferroviaire est adossée à cette dorsale ». Et notre Secrétaire d’État de poursuivre : « Nous allons totalement réhabiliter cette dorsale. Il s’agit de mettre des trains assez confortables, des wagons de marchandises, des locomotives capables de tirer beaucoup de marchandises. » Quand on parle de train Dakar-Tambacounda, il comporte tout cela. Donc, il s’agit plutôt de trains confortables avec . . . . .  Et il se rend compte que « pour tout cela, il faut des rails solides et de charges à l’essieu élevées, (tout cela risquant) d’être une réhabilitation complète qui peut prendre quatre ans » Peut-on attendre quatre ans, se demande-t-il ? Il pense que non et c’est la raison pour laquelle ce sera l’urgence, le ‘’fast track’’ sur ce tronçon Dakar-Tambacounda. Nous verrons.
Á la question de savoir si les travailleurs qui sont un peu dégoûtés de cette situation continueront de percevoir leurs salaires, il répond oui et révèle que « dix milliards ont été votés dans la loi de finances ». Laquelle ? Ensuite, peut-on savoir depuis combien de temps reçoivent-ils leurs salaires sans travailler et jusqu’à quand ? La question mérite quand même d’être posée.

Une autre question du journaliste : ‘’Vous parlez souvent de la stratégie des trois axes stratégiques avec des projets pour le maillage du pays. Où en êtes-vous ?’’
Il répond qu’ils ont défini la stratégie (encore) et que c’est la première phase qu’ils sont en train d’exécuter en urgence. « Ainsi, poursuit-il, en 2020, nous avons finalisé la stratégie (encore la stratégie) et réglé les conditions, à savoir le cadre institutionnel, en créant la société nationale des chemins de fer (SNCF), en mettant sur orbite aussi les grands trains du Sénégal (GTS), et la partie TER ». Il est déjà Secrétaire d’État au réseau ferroviaire et va donc cohabiter avec un Directeur général de la Société nationale des Chemins de Fer (SNCF) devenue, je crois, la Société des Chemins de fer du Sénégal (projet de loi voté le 22 mai 2020) et un Directeur général des Grands Trains du Sénégal (GTS). Quels grands trains vraiment ?

Le grand TER a, naturellement, une gestion autonome.  Il a été créé, pour sa prise en charge, la Société nationale de Gestion du Patrimoine du Train Express régional (SEN-TER). Toutes ces structures fonctionnent certainement avec un personnel pléthorique et nous coûtent sûrement les yeux de la tête, pour presque rien, en tout cas pour le moment. C’est aussi cela la gouvernance sobre du président-politicien.

Revenons à l’interview de notre Secrétaire d’État. Á la même question, il répond : « Nous travaillons aujourd’hui à la préparation de la connexion entre le dispositif du TER et celui du chemin de fer. Des commissions sont mises en place pour réaliser ces programmes, à savoir la liaison sur le trafic voyageur Dakar-DiamniadioAinsi, à partir de Diamniadio, voir comment faire pour faire rallier les passagers au reste du Sénégal par train.» Connexion du TER avec quel chemin de fer ? Et puis, mettre en place des commissions qui vont travailler sur des programmes dont personne ne sait quand leurs conclusions seront mises en œuvre !
Notre Secrétaire d’État poursuit : « Mais, il faut travailler sur des rails sécurisés, des trains assez confortables, pas comme ceux du TER évidemment. En tout cas pour qu’on ne soit pas choqué si on descend du TER pour prendre le train du Sénégal. Et tout cela demande aujourd’hui des études préalables. Mais en attendant que le TER démarre dans le semestre qui va suivre et qu’on mette aussi sur orbite les grands trains du Sénégal. »

C’est terrible ce qui nous arrive avec cette gouvernance du comédien Macky Sall. Nos ‘’grands trains’’ auront donc beau être confortables, ils ne le seront jamais comme le TER. Nos amis travailleront donc pour que le voyageur qui descend du TER pour prendre le train du Sénégal ne soit pas choqué. Pour prendre le train du Sénégal ! Ce TER sera donc si confortable qu’il ne sera pas un train du pays. Il le sera peut-être de la France. C’est fort probable.
‘’Á quand l’exploitation commerciale du TER’’, lui demande le journaliste ?
Réponse de notre très compétent Secrétaire d’État : « La polémique de la date de démarrage du TER est très positive. C’est une sorte de motivation pour le gouvernement et les entreprises qui y travaillent. Mais, ajoute-t-il, malgré le retard, le Sénégal a fait beaucoup d’efforts par rapport à beaucoup de pays développés. Malheureusement, à chaque fois, il y a des couacs qui interviennent ou des chocs externes. » Je laisse le soin au lecteur d’apprécier ces efforts immenses, qui le sont plus que dans les pays développés.

L’interview est longue, et notre Secrétaire d’État a répondu à d’autres questions. Nous en retenons une, avant de passer à la cérémonie de décoration de retraités présidée par le Directeur général des ‘’Grands Trains du Sénégal (GTS)’’ et couverte par une journaliste de Sud quotidien du 9 avril 2012, page 2. La question est celle-ci : ‘’Qu’est devenu le petit train bleu qui ne roule plus à Dakar ?’’ Et il répond : « L’exploitation de l’ex-Petit Train bleu qui est devenu les Grands Trains du Sénégal (GTS) est dans le schéma institutionnel considéré comme l’opérateur public de transport voyageur. » L’ex-Petit Train bleu qui est devenu comme par enchantement les ‘’Grands Trains du Sénégal (GTS)’’ ! Que le lecteur apprécie ! Qu’il apprécie aussi un peu plus bas ceci : « Et progressivement, à l’avenir, reconstruire les rails jusqu’à Saint-Louis pour le bonheur des populations. » Progressivement à l’avenir ! Dommage que le Pr Sankharé ne soit plus en vie !

Donc, profitant de la cérémonie qu’il présidait, le Directeur général des ‘’Grands Trains du Sénégal (GTS)’’, M. Mame Samba Ndiaye « annonce la reprise des activités du chemin de fer en fin d’année ». Il explique ainsi le retard de la relance : « Il y avait les travaux du TER qui nous avaient obligé (?) à garer les trains. Les travaux étaient terminés, aujourd’hui notre volonté est de faire en sorte que les trains puissent sortir d’ici et qu’on puisse les mettre sur les rails (sic). Une fois sur les rails, nous voulons construire le nouveau hub ferroviaire, il s’agira en effet de faire en sorte que la ville de Thiès retrouve son lustre d’antan. Á partir de Thiès, nous voulons desservir l’ensemble du territoire nationale. » Arrêtons-nous un peu sur cette réponse ! Pour construire vraiment un nouveau hub ferroviaire à Thiès, pour faire en sorte que la ville retrouve son lustre d’antan, il fallait y investir les certainement plus de mille (1000) milliards engloutis par ce TER mobilisé. Avec autant d’argent, il serait bien possible de reconstruire ce qu’on appelait le ‘’Dépôt’’ et, à partir de cet important existant, changer carrément les deux voies ferrées Thiès-Dakar, réhabiliter à neuf toutes les gares se trouvant entre les deux villes, et acheter des trains modernes qui se croiseraient de six heures à 24 heures. Il serait alors aisé pour des milliers de travailleurs d’habiter Thiès, Pout, Sébikotane, Diamniadio et de travailler à Dakar. De Diamniadio, un embranchement mènerait à l’AIBD pour 19 kilomètres. Dans une seconde étape, les voies ferrées de l’intérieur seront réhabilitées et, pourquoi pas, le grand projet du train Dakar-Ziguinchor enfin réalisé.

Revenons, après cette parenthèse, sur la cérémonie de décoration ! Monsieur le DG révèle que la relance se fera par étape, que dans un premier temps, les activités commenceront par les axes qui desservent la Région de Thiès. Ils ne sont vraiment pas très significatifs, ne concernant que l’axe Thiès-Tivaouane puis celui Thiès-Touba. Selon lui, les rails sur le premier axe se portent très bien et ceux du second seront rapidement réhabilités. Mais, ce qui retient surtout son attention, du moins en apparence, c’est le transport des voyageurs vers Diamniadio. « Enfin bien entendu, explique-t-il, et c’est le cœur du système ferroviaire du Sénégal, nous comptons aussi transporter les voyageurs vers Diamniadio. Comme vous le savez, la gare emblématique de Diamniadio est celle au niveau de laquelle le Ter va terminer sa destination. Á ce niveau, il est important que nous puissions pourvoir le Ter en passagers. Nous allons convoyer les passagers de Thiès vers Diamniadio, afin de leur permettre de regagner Dakar ».

Il convient de noter d’abord que le Secrétaire d’État et le Directeur général ne parleraient pas le même langage. Pour le premier, la dorsale Dakar-Tambacounda serait la priorité, le cœur du système ; pour le second, ce serait plutôt Thiès-Diamniadio, Diamniadio-Dakar. Le Secrétaire d’État présent à la cérémonie de décoration insiste sur la relance des activités ferroviaires. « Cette relance, explique-t-il, est imminente, mais il faut la préparer dans la mesure où les chemins de fer bien qu’étant un levier important du transport, devraient pouvoir se développer dans un contexte sécurisé. C’est la première fois au Sénégal que l’on redémarre quelque chose qui s’est endormi (sic). » Et notre Secrétaire d’État de terminer sa savante explication de texte par ces mots : « Nous allons lancer la réfection des rails entre Dakar et Tamba, Tamba-Kidira, préparer des ponts, des rails. Tous ces travaux peuvent finir à la fin de l’année et nous pourrons alors relancer le train. » Tous ces travaux pourront finir à la fin de l’année ! Comment ces gens-là peuvent-ils finir autant de travaux en neuf (9) mois, alors qu’ils ne sont pas capables de terminer la construction du fameux TER en plus de cinq ans ? Basta !

Il est temps de conclure cette longue balade au cœur des chemins de fer du Sénégal ou de ce qu’il en reste, ces chemins de fer à plusieurs visages. L’impression, peut-être même la certitude qu’elle me laisse, c’est que l’homme qui nous dirige préfère de loin, en politicien pur et dur qu’il est, les investissements de prestige aux investissements de développement. Les milliards que ce TER tout de mensonges et d’escroquerie a engloutis, pourraient bien être plus utilement investis ailleurs. Enfin, en lisant mon texte, mes amis de l’Alliance pour la République (APR), du Parti socialiste (PS), de l’Alliance des Forces de Progrès (AFP), du Parti pour l’Indépendance et le Travail (PIT), de la Ligue démocratique (LD) piafferont d’impatience à me tomber lourdement dessus. Je les supplie de prendre d’abord le temps de lire intégralement l’interview du Secrétaire d’État au Réseau ferroviaire et la relation que la journaliste de Sud quotidien a faite de la cérémonie de décoration des retraités.

Dakar, le 13 mars 2021
Mody Niang
 


1.Posté par Maitre DEDO le 22/04/2021 01:55
Retour affectif
Retour affectif rapide en 24 heures
retour affectif rapide en 48 heures
retour affectif en 72 heures
Retour affectif rapide et définitif de l'être aimé
Retour d'affection, magie d'amour
voyant medium marabout Puissant du vaudou sorcier
grand marabout sorcier vaudou retour affectif rapide
médium sorcier vaudou spécialiste du retour affectif
retour affectif rapide en 72 heures
Marabout rituel de retour affectif gratuit
maître médium pour travaux occultes sorcier vaudou
grand chef des sorciers vaudou pour retour affectif
Cabinet du maitre DEDO retour affectif en 72 heure consultation 100% gratuite
RETOUR AFFECTIF Consultation gratuite donc venez essayer !!!!!!! +229 68 35 63 49
Marabout sorcier médium pour retour d'affectif
RITUEL DE SÉDUCTION DU MEDIUM MARABOUT VOYANT
Rituel pour avoir d'enfant
RETOUR D'AMOUR ET RETOUR AFFECTION RAPIDE
culte pour un retour d'affection de l'être aimé
sorcier marabout vaudou pour retour affectif
Envoûtement d'amour puissant retour affectif
cadenas d'amour magie rouge retour affectif
Sorcellerie/Magie/ Vaudou/ Voyance
RETOUR AFFECTIF DE L'ETRE AIMER A VIE
Specialiste pour retour affectif de l'etre aimer
Contacte du maître spécialiste du retour affectif rapide et puissant

E-mail: dahdedo@hotmail.com
Tel/ whatsapp:+229 68 35 63 49
Site web: https://www.retouraffectif-rapide.com/

Nouveau commentaire :

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE | Antivirus, la chronique d'Abdoulaye Der | COVID-19