APR : Nivellement par le bas ou phobie des têtes qui dépassent ?

TRIBUNE LIBRE
Dimanche 17 Mai 2020

Quel avenir pour Amadou Bâ, Makhtar Cissé et Mimi Touré ?

APR : Nivellement par le bas ou phobie des têtes qui dépassent ?
On dirait que la malédiction frappe tous ceux qui ont (ou du moins à qui on prête) des ambitions politiques. Aussi loin que l’on remonte dans l’histoire politique du Sénégal, il est facile de constater que c’est la rivalité qui est à la fois, et paradoxalement, le poumon et le poison de la politique. Du Parti socialiste à l’APR en passant par le PDS, les joutes politiques ont été très souvent fatales aux principales « promesses » d’épanouissement politique des collaborateurs des Présidents. C’est vrai, la politique n’est guère une instance de fraternité religieuse, mais au rythme de la culture d’élagage systématique des potentiels aspirants à remplacer le roi, il y a à craindre. De Mamadou Dia du temps du PS à Macky Sall du temps de Wade ; l’histoire politique du Sénégal est rythmée de cortèges funèbres, faisant une procession incessante vers les cimetières politiques. Que d’énergie épuisée dans des luttes fratricides ! Que de génies sacrifiés sur l’autel de luttes politiques stériles pour le bien de la nation !
 
Alors qu’on regrette aujourd’hui encore le divorce fatal entre Senghor et Mamadou Dia, alors que la dislocation du parti libéral en mille morceaux est encore fraiche dans les mémoire, l’histoire semble se répéter pour l’Apr. Ça combine de partout, ça cafouille, ça complote de toutes parts et tout se chamboule comme un château de cartes. A la manière des protagonistes de l’allégorie de làmbi golo, toutes les têtes qui dépassent sont systématiquement coupées et personne n’est désormais assuré de la plus petite parcelle de force politique susceptible d’être une soupape de protection pour le président qu’ils sont d’abord censés servir. En s’affaiblissant réciproquement, tous ses protagonistes ou potentiels aspirants minent le terrain de leur propre survie. Malheureusement l’histoire est tellement imbibée de passions que les hommes ne savent que très rarement en tirer les leçons pour éclairer leur avenir.
 
Ceux qui sont habitués à revisiter l’inépuisable répertoire mythologique des Grecs, savent que la lutte pour le pouvoir a toujours desservi les alliés et servi les adversaires. De toute le temps, quand l’appétit du pouvoir devient insatiable et entraine une rivalité fratricide, la conséquence a été l’anéantissement réciproque des frères de parti. Antigone de Sophocle nous fait l’économie de la tragédie qui frappe inéluctablement les frères qui s’entretuent pour le pouvoir. Fils d’Œdipe et de Jocaste, Polynice et Étéocle offensent à trois reprises leur père parricide et incestueux jusqu’à l’enfermer. Œdipe les maudit trois fois et prédit qu’ils mourront chacun de la main de l’autre. La suite est plus que tragique : les deux frères héritent du pouvoir au sujet duquel ils s’entendent pour l’occuper par alternance au bout d’un an. Mais une fois au pouvoir, Étéocle refuse de céder. Ce qui amena Polynice le banni à se rebeller pour arracher le pouvoir des crocs de son frère. La suite est la réalisation de la prédiction de leur père incestueux : les deux moururent aux portes de la cité et le pouvoir pour lequel ils se sont fait tant d’injustices.
 
On peut tirer une infinité de leçons de morale de cette tragédie, dont deux principales. La première est que le destin, en politique comme ailleurs, ne vient jamais seul, il y a toujours une part de responsabilité dans le destin qui nous frappe. Le sort qui sera réservé au différents protagonistes dans cette sourde lutte à la succession de Macky pourrait être fatale non seulement aux prétendants, mais aussi au parti présidentiel lui-même. Le Parti socialiste s’est écroulé par suite d’une asphyxie découlant du poids insupportable des contradictions qui l’ont miné de l’extérieur. Le PDS a eu pratiquement le même sort : les luttes accessoires ont pris le dessus sur le combat principal. Les protagonistes se sont épuisés et perdu le goût de mener l’âpre combat pour le parti lui-même. La deuxième leçon qu’il faut justement tirer de cette tragédie qui frappe la famille d’Œdipe, c’est que les ennemis du dedans sont toujours plus redoutables et plus nocifs que ceux du dehors.
 
Qui pour dire à Mimi Touré, à Amadou Bâ, à Makhtar Cissé et aux autres qu’on ne grandit pas forcément en éradiquant toute grandeur devant soi ? C’est vrai qu’il peut paraître insensé de conseiller à des rivaux politiques de faire preuve de loyauté même dans l’adversité, mais sur le thème du pragmatisme politique proprement dit, ils devraient être suffisamment outillés pour comprendre que la rivalité entre frères de parti doit avoir des limites. Quand on s’élève au-dessus de tous ses frères de parti sur la base d’intrigues, de complots et de lynchages médiatiques, on triomphe seul et très modestement. Et quand on triomphe après avoir écarté tous ses amis et alliés, la défense de son butin devient compliqué faute de soldat capable de comprendre son propre commandement. Il y a toujours des limites qui impliquent une forme de décence politique à ne jamais franchir sous peine de perdre le capital affectif dont a besoin tout aspirant à l’exercice de la puissance publique.
 
 Dans Théorie du partisan, Carl Schmitt déclare « l’ennemi est notre propre remise en question personnifiée » : on ne peut pas dire le contraire en réfléchissant sur les contradictions qui sont en train de miner le camp présidentiel. On a comme l’impression que le pouvoir n’est plus seulement pour eux un objet de convoitise, il est devenu l’arme dont les protagonistes se servent pour mettre à mort leurs rivaux. Or la rivalité n’a ici d’autre justification que la projection de soi sur le visage d’autrui de ses propres ambitions. Vouloir pour soi ce qu’on ne veut nullement reconnaître aux autres, n’est certes pas un crime en politique, mais pousser cet égoïsme à l’extrême, c’est forcément s’exposer à une asthénie politique qui risque d’être le pain béni pour ses vrais adversaires. Or la main invisible qui tire sur les ficelles de la discorde n’est autre chose qu’une main amie, peut-être même celle qu’on a un jour tenue pour relever quelqu’un en détresse.

L’adversité politique ne doit pas se muer en inimitié, car en politique comme dans le sport, une victoire est la promesse d’une défaite et toute défaite bien intégrée est l’antichambre d’une victoire prochaine. Quand la fortune élève quelqu’un à une station que l’on convoitait avec détermination, la frustration est généralement inévitable, mais on doit se garder d’en faire une mine de haine. La plupart des hommes politiques ne peuvent pas comprendre que les choix du Prince se fassent en leur défaveur. Chaque promotion d’un camarade est vécu comme une décadence ou même une damnation personnelle. En politique comme dans l’amour, le déficit affectif est source de rupture de communication qui alimente un cycle infini de soupçon de trahison, de vengeance et d’infidélité. Il y a une sorte de synchronicité entre la promotion de certains cadres de l’Apr et la vague de vindicte populaire qui les poursuit ne relève pas du hasard.
 
Qui pouvait croire qu’Amadou Bâ pouvait se retrouver, quelques mois seulement après l’élection présidentielle pour laquelle il s’est presque surhumainement investi, dans une si mauvaise passe ? L’actuel ministre des affaires étrangères qui a longtemps été considéré comme le meilleur ministre des finances sous le président Macky est de plus en plus absent du débat national. Et ce, non à cause de sa posture dans le gouvernement, mais à cause des innombrables foyers de tension qui sont allumés sur son passage. Et là où le bât blesse, c’est que ce sont exclusivement des querelles politiques qui constituent l’essentiel des nuages qui menacent d’assombrir son avenir politique. Aura-t-il la patience, la discrétion conquérante et le génie, requis pour dissiper tous ces nuages ? L’avenir nous édifiera, mais on peut d’ores et déjà présumer qu’en tant que politique, il sait lire les signaux et transformer le chant de cygne en prémices d’un avenir politique maîtrisé
 
La meilleure façon en politique de se débarrasser d’un adversaire, c’est de le faire passer pour un ennemi du peuple, celui qui ment, extorque ou vole son peuple. Plus le préjudice subi par le peuple est en apparence énorme, plus ce dernier a tendance à y croire dur comme faire. De là vient la mauvaise posture qu’on les victimes de cette stratégie déloyale de mettre en place une ligne de défense cohérente et efficiente. Il n’y a pas de génie ou de héros qui puisse résister avec succès à des assauts dont il ne voit pas les auteurs. Un ennemi est d’autant plus redoutable qu’il est invisible : en se faufilant dans les labyrinthes qui vont des espaces du parti aux médias, en passant par le gouvernement et l’opposition, les comploteurs ont toujours une longueur d’avance sur leurs victimes.
 
Mimi Touré fait constamment l’objet d’attaques alors même qu’elle n’est plus directement dans l’appareil gouvernemental. Le plus intriguant dans ces « gémonies du Capitole » où sont exposés les potentiels aspirants au trône, c’est qu’elle vient davantage des membres du parti au pouvoir que de l’opposition. Cette dernière est à la limite assignée au rôle de broyeur de cadavre déjà exécutés à l’intérieur de la maison. La liquidation par presse interposée ne peut être effective que si le nom de l’adversaire à abattre est associé à un « crime » de dimension nationale. L’accusé devient la cible de tirs nourris provenant aussi bien de l’opposition, de la presse, que de la société civile.
 
L’académicien français Jean Dutourd a, dans une très belle formule, résumé cette sorte de malédiction qui s’abat fatalement sur tout homme politique : « Toute carrière politique, si triomphale soit-elle, a ses éclipses ». Heureux sont donc les hommes politiques qui comprennent que la politique est comme la mer : chaque marée haute annonce une marée basse. Son habileté sera jugée en fonction de sa capacité à savoir ce qu’il doit faire en temps de marée haute et ce qu’il doit faire en temps de marée basse. Car la politique ne souffre pas de congé : quelle que soit la conjoncture, il y a des actes à poser pour ne pas tomber dans l’oubli ou être la proie facile des prédateurs de toutes parts.
 
Il y a dans chaque parti, dans chaque organisation politique ou civile des préposés aux sales besognes. En faire des alliés est un couteau à double tranchant : il ne faut jamais contracter une dette envers la racaille, on finit toujours par devenir de la racaille politique. Car comme disait, avec beaucoup de dose sarcastique, Charles de Gaulle, la politique la plus coûteuse, la plus ruineuse, c'est d'être petit... Un homme qui s’élève en gravissant sans honte l’échelle des petites combines et des mesquineries aura tellement souillé son âme que même si le pouvoir lui tombait dans les bras, il manquerait d’éclat de charisme pour le gérer convenablement.
 
On ne peut pas, de façon catégorique, dire que tout ce vacarme qui poursuit Makhtar Cissé est artificiel et sans fondement, mais ce serait difficile de ne pas y voir une main politique sournoise. L’on nous rétorquera que c’est la logique de la compétition politique : soit on dévore soit on est dévoré. Mais quel intérêt de telles pratiques ont-elles pour la démocratie et, surtout, pour le pays ? Il n’a pas de gloire à remporter une joute dans laquelle on s’est arrangé pour n’avoir que des adversaires mutilés. La compétition au sein d’une formation politique au pouvoir est doublement utile en démocratie. D’abord parce qu’elle suscite l’émulation, forge le caractère des siens et les aguerrit pour faire aux adversaires extérieurs au part. Ensuite parce que la compétition, si elle est saine, incite à l’exemplarité morale qui servira de ceinture de sécurité contre les risques dépravation. Nos démocraties méritent que des courants de partis adossés à des principes et à des idées économiques claires animent la démocratie interne. On ne peut pas, dans ce Sénégal du XXIe , assujettir tout le débat politique autour de personnes. Une démocratie mature est celle où les personnes sont moins importantes que les idées. Les idées, les réformes politiques et économiques que proposent les hommes politiques et qui, dans une certaine mesure, constituent la matière à partir de laquelle ils pétrissent leur personnalité et leur charisme.
 
Pape Sadio Thiam
Journaliste, Enseignant, chercheur en science politique
 


1.Posté par PAPA DOSSOU le 19/05/2020 21:59
Vous êtes homme ou femme, vous avez essayer par tous les moyens pour faire d'enfants mais sans succès. Votre docteur ou médecin vous a déclarer stérile, infertile, impuissant.... mais comme le malheur ne prévient pas,voici quelques solutions du puissant Maître Marabout médium PAPA DOSSOU pour vous aider à retrouver votre sourire en cas de ces genres de problèmes :

* Tisane VIGBAN pour lutter contre la stérilité et l'infertilité
* Cuir dent naturelle pour grossir le pénis
* produit ATOTE pour dévelloper le sexe et les seins chez la femme
* Bague de protection pour les femmes enceinte
* Talisman pour protéger votre bébé de la sorcellerie
* Eau mystique HASSOUNMINSIN pour lutter contre les fausses couche, grossesse extra utérus
* lutte contre les différentes infections
* Foulard TCHEDJI DAN DAN pour lutter contre les enfants mort né
* Travail pour déboucher les trompe chez la femme
* Destruction total des fibrôme, kyste, Hémorïde, fièvre typhoïde, perte blanche, Maux de ventre atroce....
* Bague de protection pour les femmes enceinte
* Poudre naturelle pour augmenter la quantité de spermatozoïde.
* poudre naturelle pour donner l'envie chez la femme
PAPA DOSSOU est basé au Bénin sur la terre des vaudou, vous pouvez venir à sa rencontre 7 jour sur 7 ou faire vos commande à distance selon votre disponibilité.

Contacte de PAPA DOSSOU:
Email: rituelpouravoirdenfant@hotmail.com
TEL/Whatsapp: +22997798631
Site web: https://www.rituelpouravoirdenfant.com/

2.Posté par maitre gosso le 20/05/2020 12:41
Boujour!

vous êtes artistes , footballeurs , comédiens,
et vous cherchez a être très célèbres , attirés et aimés par le publics ,
plus de soucis à vos désires , vous ressentez des sentiments forts pour quelqu’un
alors que ce dernier ne ressent rien en retour pour vous ou ne vous aime
plus vous avez vécu des moments fascinants et forts avec votre compagne qui du jour au lendemain vous
annonce qu’il ne vous aimes plus vous avez vécu des années de vie de couple avec votre conjoint
qui commence a ne plus s’intéresser a vous, a prendre ses distances, a ne
plus vous aimer vous vous demandez ce qui ne va pas, vous êtes perdu et
déprimez et vous ne savez pas quoi faire
c’est simple contactez un professionnel en service occulte: médium: après un bref résumé de ce qui vous arrive il
procédera a une consultation gratuite et vous fera le diagnostic de la situation et vous proposeras en même temps
la solution a votre problème il pourra faire selon le cas un rituel de retour affectif: un envoûtement d’amour
par la magie blanche c’est un rituel sans inconvénient ,ni retombé , basé sur l’ordre naturel des choses pour attirer
les sentiments de votre conjoint,les diriger vers vous et vous seul et par la même occasion



CONTACT MAITRE Dahvodoun Gosso

Téléphone personnel/whatsap: +229 60 00 53 91

E-mail personnel: maitre.gosso@hotmail.com

Site web: http://mediumvoyantmagic.wixsite.com/magi-retour-affectif

3.Posté par Nadia le 24/10/2020 17:29
Bonjour je me prénomme nadia mère de 3 enfants. Je vivais à briouze avec mon mari, quand en 2018 il décida d'aller en voyage d'affaire à Bresil , où il tomba sur le charme d'une jeune vénézuélienne et ne semblait même plus rentrer. Ces appels devenaient rares et il décrochait quelquefois seulement et après du tout plus quand je l'appelais. En février 2019, il décrocha une fois et m'interdit même de le déranger. Toutes les tentatives pour l'amener à la raison sont soldée par l'insuccès. Nos deux parents les proches amis ont essayés en vain. Par un calme après midi du 17 février 2019, alors que je parcourais les annonce d'un site d'ésotérisme, je tombais sur l'annonce d'un grand marabout du nom ZOKLI que j'essayai toute désespérée et avec peu de foi car j'avais eu a contacter 3 marabouts ici en France sans résultat. Le grand maître ZOKLI promettait un retour au ménage en au plus 7 jours . Au premier il me demande d’espérer un appel avant 72 heures de mon homme, ce qui se réalisait 48 heures après. Je l'informais du résultat et il poursuivait ses rituels.Grande fut ma surprise quand mon mari m’appela de nouveau 4 jours après pour m'annoncer son retour dans 03 jours. Je ne croyais vraiment pas, mais étonnée j'étais de le voire à l'aéroport à l'heure et au jour dits. Depuis son arrivée tout était revenu dans l'ordre. c'est après l'arrivé de mon homme que je décidai de le récompenser pour le service rendu car a vrai dire j'ai pas du tout confiance en ces retour mais cet homme m'a montré le contraire.il intervient dans les domaines suivants

Retour de l'être aimé
Retour d'affection en 7jours
réussir vos affaires , agrandir votre entreprises et trouver de bon marché et partenaires
Devenir star
Gagner aux jeux de hasard
Avoir la promotion au travail
Envoûtements
Affaire, crise conjugale
Dés-envoûtement
Protection contre les esprits maléfices
Protection contre les mauvais sorts
Chance au boulot évolution de poste au boulot
Chance en amour
La puissance sexuelle.
agrandir son pénis
Abandon de la cigarette et de l'alcool
Guérir tous sorte de cancer
portfeuille magic multiplicateur d'argent

voici son adresse mail : maitrezokli@hotmail.com vous pouvez l'appeler directement ou l 'Ecrire sur whatsapp au 00229 61 79 46 97

Nouveau commentaire :

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE | Antivirus, la chronique d'Abdoulaye Der | COVID-19