Balla Moussa Daffé : "Khalifa Sall est un homme courtois, qui n’a jamais élevé la voix"

POLITIQUE
Dimanche 19 Mars 2017

Balla Moussa Daffé sort de son silence. En effet, l’ancien maire de Sédhiou et ancien ministre fait le point sur le processus de recherche de la paix, les problèmes que traverse la région de Sédhiou. Balla Moussa Daffé tire la sonnette d’alarme sur les risques de votes-sanctions dans le Fouladou. Membre du comité des sages de l’Alliance pour la République (APR), il sermonne l’opposition enfile sa robe d’avocat pour défendre Khalifa Sall emprisonné dans le cadre de la caisse d’avance de la Ville de Dakar. Extrait d'un entretien accordé au journal "L'AS".


Khalifa Sall, maire de Dakar
Khalifa Sall, maire de Dakar
Quel commentaire faites vous de l’arrestation du maire de Dakar Khalifa Sall ?

Je me désole vraiment de l’arrestation de Khalifa Sall. On pouvait le mettre en liberté conditionnelle en attendant de voir plus clair. Je souhaite que le président m’entende sinon c’est encore une autre pomme de discorde comme dans le cas de Karim Wade. On n’a pas besoin de ça quel que soit par ailleurs l’attachement qu’il a pour Tanor. Tel que je l’ai connu, Khalifa Sall est un homme courtois, qui n’a jamais levé la voix même si on l’a poussé ces temps-ci. En tout cas, on a besoin d’apaiser le climat politique. C’est Macky qui est au pouvoir et il est comptable devant les Sénégalais et pas l’opposition. Maintenant s’il veut répondre à tous les coups, il ne va pas pouvoir gouverner dans la paix. Il doit être tolérant et ne pas écouter certains qui peuvent l’induire en erreur. 

On reproche au président Macky Sall de faire une justice sélective avec l’arrestation de Khalifa Sall. qu’en pensez-vous ?

Je souhaite que Khalifa Sall soit libre. Je lui donne la présomption de bonne foi même s’il peut se tromper dans la gestion. Je crois honnêtement qu’après les auditions de ces collaborateurs sur les fausses factures, moi; j’ai été maire, nous sommes tous confrontés à ces factures. On règle parfois des problèmes sociaux par les dépenses diverses.                                                                                                                                                                                                                                                                             
On avait des factures de gérant de station d’essence pour liquider quelques dépenses sociales. On appelle Caisse d’avance ou fonds politique, c’est la même chose pour moi. Ce sont des fonds spéciaux. En tout cas, on l’a autorisé depuis avant Mamadou Diop. Et puis ce n’est pas le maire qui va vérifier si c’est du riz qui est commandé pour lui donner ces fonds. Peut être c’est une vieille habitude parce que ce GIE n’existe plus. Si Khalifa Sall savait qu’on proposait des fausses factures pour lui donner l’argent, il aurait refusé parce qu’il est devenu un opposant. C’est la seule faille, paraît-il, que l’Inspection Générale d’Etat (IGE) a trouvée après vérification.
D’ailleurs, ce n’est pas lui qui est responsable de la gestion. Parce que dans les mairies, il y a des commissions des réceptions et le maire ne voit même pas ces commandes. Malheureusement, c’est la règle du jeu en politique.

Si tu es un opposant et que devient dangereux on te cherche une faille. Mais je ne dis pas que c’est le pouvoir qui manipule, mais plutôt des gens qui sont auxiliaires quelque part du pouvoir, qui trouvent une faille pour lui créer des ennuis. En plus, il y a eu une succession de faits, notamment l’arrestation du maire Bamba Fall, l’affaire Barthélemy Dias et l’arrestation de Khalifa Sall, l’opinion retient qu’il y a des relents politiques. Donc, il fallait mieux réformer et faire de la Caisse d’avance des fonds spéciaux parce que la mairie en a besoin. Autant l’Assemblée, le Haut Conseil, le Conseil Economique ont besoin de ces fonds spéciaux autant la mairie de Dakar, voire toutes collectivités en ont besoin. On oublie que les collectivités locales sont des démembrements de l’Etat.
 

Nouveau commentaire :

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE | Antivirus, la chronique d'Abdoulaye Der | COVID-19