Barthelemy Dias : «Libération, L’Observateur et Le Quotidien dans le complot contre Khalifa Sall»

POLITIQUE
Dimanche 26 Février 2017

Après Bougane Guèye, parton du groupe D média, le maire de Mermoz /Sacré-Cœur s’est créé de nouveaux adversaires. Non-content du traitement qui est fait de l’audition de Khalifa Sall par certains organes de presse, Barthélémy Dias a ouvert le feu sur trois journaux qu’il accuse d’être à la solde de Macky Sall.


Barth Dias en colère contre les médias "comploteurs"
Barth Dias en colère contre les médias "comploteurs"
«Nous dénonçons la complicité de certains organes de presse. Avec tout le respect que j’ai pour la presse, faire fuiter des procès-verbaux dans un complot aussi vulgaire que celui-ci cela n’honore pas la profession de journaliste. Il est inadmissible qu’une autorité actuellement dans les liens d’une procédure qui relève d’une enquête et que ses avocats ne disposent pas de possibilités de l’assister, qu’ils n’ont pas accès aux procès-verbaux et qu’on se permette de divulguer ou d’organiser des fuites dans la presse. Cela relève d’un vaste complot. Les quotidiens Libération, L’Observateur et Le Quotidien sont en train de violer la loi. Il est inadmissible et inconcevable qu’ils acceptent de rentrer dans ce complot en acceptant de faire fuiter des informations qui sont supposées être confidentielles». Ces propos tenus par Barthélémy Dias, mercredi dernier, lors de l’audition de Khalifa Sall, ont fait mouche.

Si le maire de Mermoz /Sacré-Cœur cherchait à s’attirer les foudres des journalistes qu’il met à l’index, il a réussi. Relayant les accusations du responsable socialiste, Le Quotidien écrit : «Lunettes noires fixées aux yeux, Barthélémy Dias, habillé d’un kaftan bleu, d’un jean et d’une casquette à la tête, a l’étoffe d’un guerrier. Les pas fermes de ses chaussures All stars présagent un discours de va-t’en guerre».

Le ton est donné. Avec ses missiles, Dias-fils peut être sûr qu’à défaut d’être dézingué aucun cadeau ne lui sera fait. Et pour un responsable politique qui ne crache pas sur la visibilité, c’est mal barré. D’autant que ce n’est pas la première fois que Barthélémy Dias se fâche avec des acteurs de la presse. Son conflit avec Bougane Guèye, patron du groupe D média,  n’est pas latent. Après l’affaire des panneaux publicitaires démolis, les deux hommes ont été opposés par une histoire de terrain qui a failli dégénérer. «Si Barthélemy Dias est fou, je suis plus fou que lui», avait indiqué Bougane Guèye dont le groupe a pris plaisir à jeter le député en pâture, mettant en boucle sa fameuse déclaration après l’attaque de sa mairie.
 Source : WALF NET

Nouveau commentaire :

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE | Antivirus, la chronique d'Abdoulaye Der | COVID-19