Ce que l’on reproche à Khalifa Sall

POLITIQUE
Mardi 21 Février 2017

Le voile se lève sur l’affaire de la Ville de Dakar. La mission de vérification de l’Inspection général d’Etat(IGE) sur la gestion financière de l’institution municipale de 2011 à 2015, a découvert des écarts de terribles et des bizarreries dans la tenue des finances.


Khalifa Sall à la DIC ce matin
Khalifa Sall à la DIC ce matin
Dans le cadre de cette enquête de vérification financière de la ville de Dakar, Ibrahima Touré inspecteur du trésor, officiant actuellement comme receveur-percepteur municipal de la maire de la ville de Dakar, a été entendu le 15 février 2017. Des sources proches de cette affaire qui conduira le maire Khalifa Sall devant ces mêmes enquêteurs de la Division des Investigations Criminelles (Dic), aujourd’hui, servent les détails de son audition, révèlent que le receveur-percepteur municipal a dit tout ce qu’il sait de cette affaire dans laquelle il joue un rôle central.

En fait, il a expliqué être chargé d’encaisser toutes les recettes de la ville et de procéder aux paiements de toutes les recettes de la ville et de procéder aux paiements de toutes les dépenses, comme le dicte la réglementation. Ce qui fait qu’Ibrahima Touré enregistre aussi toute les opérations dans leur comptabilité et produit, en fin d’année, un compte de gestion qu’il envoie à la cour des comptes, avec ampliation faite au Maire de Dakar, actuellement Khalifa Sall. Le receveur-percepteur municipal est assisté dans sa tâche par une équipe de collaborateurs, chefs des sections recettes, comptabilité, collectivité locale et dépenses. L’inspecteur du Trésor a précisé qu’il n’intervient pas directement dans la phase du vote du budget de la mairie de Dakar. Ce qui ne signifie pas qu’il n’y prend jamais part.

Ainsi interpellé par les enquêteurs de la Dic sur l’approvisionnement de la caisse d’avance, d’un montant mensuel de 30 millions FCFA, Ibrahima Touré, selon nos sources, a assuré que conformément aux dispositions réglementaires, les montants sont remis par son caissier au gérant de la caisse d’avance, Mbaye Touré, sur présentation d’un mandat de paiement émanent du maire Khalifa Sall. Ce, après présentation de toutes les pièces justificatives, qu’il prend soin de vérifier, avant de procéder au paiement proprement dit. S’agissant des pièces justificatives, les factures liquidées et procès-verbaux de réception. Ibrahima Touré précise qu’après réception, il vérifie leur conformité par rapport à l’arrêt qui autorise ces dépenses.

Les policiers de la Dic ont aussi interpellé Ibrahima Touré sur le Gie Tabbar. La réponse du receveur-percepteur municipal est sans appel : il ne connait pas ce Gie. Même s’il est probable que le nom de cette structure soit dans les factures qui lui étaient présentées par le gérant de la caisse d’avance, pour justifier les paiements. Les hommes du commissaire Ibrahima Diop ont touché le mode de paiement du montant de 30 millions FCFA, la personne auditionnée affirme que dès que Mbaye Touré, gérant de la caisse d’avance lui présente le mandat en espèce. Il ajoute qu’il n’existe pas de compte où les fonds sont gelés ou déposés et que c’est par ce même procédé qu’on effectue le paiement des autres caisses d’avance. A la suite d’Ibrahima Touré, les enquêteurs de la Dic ont procédé à d’autres auditions, le 16 février 2017. D’abord, l’ancien receveur-percepteur municipal, Mamadou Omar Bocoum, actuel comptable des grands projets, ensuite Ibrahima Traoré, gérant du Gie Keur Tabbar.
Source : Azactu

Nouveau commentaire :

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE | Antivirus, la chronique d'Abdoulaye Der | COVID-19