Des Mauritaniens frauduleusement inscrits sur les listes du Fouta

POLITIQUE
Mardi 28 Février 2017

C’est une grosse révélation. Les responsables du front pour la défense de la République Manko Wattu Sénégal ont fait face à la presse pour pointer du doigt ce qu’ils qualifient d’incompétence du ministre de l’Intérieur quant à l’organisation des élections législatives. Les opposants dénoncent les inscriptions frauduleuses qu’ils indiquent avoir notées dans les listes électorales sous le regard de la Commission électorale nationale autonome (CENA).

A l’approche des élections législatives, les leaders des partis membres du FDR/MWS ont accusé, lors de leur conférence de presse au siège de Book Gis Gis, Abdoulaye Daouda Diallo et Farba Ngom d’inscrire des étrangers dans les listes électorales. Selon le coordonnateur de la commission électorale de Manko Wattu Sénégal, Sada Ndiaye, « des étrangers d’origine Mauritanienne sont enrôlés dans les listes du Fouta. Pis, trois cent étudiants Gambiens sont aussi enregistrés à Agnam Siwoul (fief de Farba Ngom). C’est le même cas à Podor (fief du ministre de l’intérieur), où on note une augmentation miraculeuse du nombre d’inscrits sur les listes électorales, jamais enregistrés dans l’histoire du Sénégal avec plus de vingt mille inscrits», dénonce-t-il.

«La CENA doit savoir que l’opposition et le pouvoir devraient trouver un terrain d’entente pour le un bon déroulement du processus électoral. Car s’il n’y a pas de consensus, c’est lui qui doit dire où se trouve la vérité», lance Mamadou Diop Decroix.
 

Nouveau commentaire :

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE | Antivirus, la chronique d'Abdoulaye Der | COVID-19