Education : L’«accountability» et la gestion des écoles

TRIBUNE LIBRE
Vendredi 10 Juillet 2020

Education : L’«accountability» et la gestion des écoles
Il est avéré que le mot accountability constitue pour la langue française une grosse difficulté de traduction. Ce terme pourrait être rendu par l’idée de «devoir rendre compte », par celle d’« obligation de rendre des comptes», d’«obligation d'être comptable de ses actes » ou par celle d’« obligation de répondre de sa gestion». Nous prendrons le risque pédagogique de le traduire par la notion d’imputabilité qui est de l’ordre de la responsabilité et de l’obligation de rendre compte de ses actions. Dès lors, notre regard se fixera sur le statut et les rôles de ceux-là dont la charge consiste à diriger nos établissements scolaires. Cela est d’autant plus actuel en ce moment, que la COVID-19 a fini de nous imposer la réactualisation de ce qui nous a semblé être en 2013, l’une des plus fortes contributions du secteur de l’Education et de la formation au Plan Sénégal Emergent (PSE), à savoir le Programme d’Amélioration de la Qualité, de l’Equité et de la Transparence du secteur de l’Education et de la Formation (PAQUET-EF). Toutefois, la prise en compte des impacts de la pandémie à coronavirus dans le champ éducatif ne devra nullement entrer en tension avec les axes stratégiques actuels du PAQUET-EF que sont la qualité améliorée, l’accès équitable et la gouvernance inclusive et efficace. Or, penser que « l’école d’après » COVID-19 se fait nécessairement dans la co-construction avec l’ensemble des acteurs, suggère une nécessaire réactualisation de sa contribution dans le PSE.
Pour rappel, cette brillante contribution du secteur éducatif pour un Sénégal (2018- 2030) « sur les rails de l’émergence » tire toute sa pertinence des conclusions de la Concertation nationale sur l’Avenir de l’Enseignement supérieur (CNAES du 06 au 09 avril 2013) et des Assises de l’Éducation et de la Formation (AEF du 28 au 30 août 2014), au sortir desquelles, le Président de la République Macky SALL avait pris certaines décisions que résumait parfaitement le triptyque suivant : ‘’une école pour tous’’, ‘’une école de qualité’’ et ‘’une école viable, fiable et pacifiée’’. Ainsi donc, nous l’aurons bien constaté, la réalisation de ce triptyque à l’horizon 2035 dépend essentiellement de la mise en place d’une bonne gouvernance scolaire dans notre pays. Et le management par les résultats et la recherche d'efficience en éducation nous semble être un moyen éligible pour accéder non seulement à la scolarisation universelle, mais aussi apte à construire une école capable de relever les défis du nouveau millénaire. Or, les exigences et les contraintes ne seront surpassées que dans le cadre d’un retour à l’orthodoxie. Le poisson pourrit toujours par la tête (proverbe Chinois), tout comme les déviances notées dans le système éducatif sont l’œuvre de ceux qui en sont considérés comme les responsables. Mais, être responsable ne peut avoir du sens que lorsque la communauté délégatrice a la possibilité de réclamer des comptes. D’ailleurs, ce principe que nous visons figure en très bonne place dans les recommandations issues du rapport de la CNAES.
Ainsi, la mise en place d’outils de pilotage et de régulation des performances des acteurs scolaires entre en droite ligne des exigences démocratiques et des recommandations majeures de la communauté éducative sénégalaise. D’ailleurs, la tendance actuelle des Etats va dans le sens de la mise en pratique de systèmes d’indicateurs nationaux. C’est le cas de pays comme la Belgique ou la Hongrie qui y ont rejoint la France et la Canada (Québec). L’adoption de ces outils de pilotage sert à améliorer l’efficacité et l’efficience éducative, mais aussi dans le but de réduire les inégalités. Notre école a été longtemps pensée comme un système de production avec des objectifs opérationnels mesurables et quantifiables. Aussi, l’un des premiers enseignements à donner à un élève-maître ou élève-professeur concerne-t-il la définition d’un objectif, car lui seul peut permettre de prescrire ou évaluer efficacement les résultats. Dès lors, les chefs d’établissement et directeurs d’école sont assimilables à des « responsables de production » ou « chefs d’entreprise » qu’il faut évaluer et/ou juger. Et comme tout bon manager, gestionnaire du bien commun, ces derniers sont soumis à l’obligation de rendre compte à la communauté éducative voire au peuple.
Cependant, pour que le principe d’accountability fonctionne parfaitement, il faut définir un dispositif largement concerté et éprouvé d’évaluation des résultats des élèves, des performances des écoles, voire des classes et des enseignants de tous corps. Inutile de préciser que les systèmes d’évaluation en vigueur dans l’école sénégalaise ne souffrent pas à proprement parler d’insuffisances majeures. Désormais, l’évaluation ne devra plus se faire pour elle-même, c’est-à-dire « évaluer pour évaluer », mais elle sera le socle de toute action de management. Comme nous le savons bien, les personnels de l’Education et de la Formation sont capables de se muer en de véritables « producteurs automatiques de rapports ». Même pour une action inexistante, certains responsables d’établissement seraient capables de fournir un rapport tellement bien écrit et fouillé que ses destinataires pourraient avoir la vague impression d’y avoir eux-mêmes assistés. La première étape d’application rigoureuse de ce principe d’accountability consiste à aller au-delà des rapports écrits qui ne renseignent quelque fois sur rien du tout. Tous les responsables d’école ont un dénominateur commun : la certitude que l’administration est basée sur ce qui est écrit. D’ailleurs, notre modeste expérience dans le domaine nous avait amené à lire une floraison de rapports sur des « Séances d’animation pédagogique » qui, parfois, n’ont jamais été tenues. Cela, tous les membres du corps de contrôle du secteur de l’éducation le savent.
Un premier niveau d’intervention scolaire doit exiger à l’enseignant un compte rendu détaillé et rigoureux à sa hiérarchie, aux parents et à la communauté éducative locale. Mais, comment un enseignant peut-il y arriver s’il n’a pas de maîtrise réelle sur ses effectifs ; si par exemple, il n’a jamais fait de « bilan scolaire individualisé » (au début et au milieu de l’année scolaire) ? Ce bilan personnalisé se présente tel un diagnostic facilitant la mise en route du suivi de chaque apprenant. C’est un bilan qui renseigne sur la personnalité de l’enfant, son niveau, ses difficultés, ses forces, ses attentes. Le sujet est tellement intéressant qu’il faudra lui consacrer toute une page. En tous les cas, ce premier niveau d’exercice du principe d’accountability est aussi le début du succès ou de la faillite du management scolaire. Nous estimons d’ailleurs que cet outil de mesure est la grande omission du PAQUET qui pourtant, intègre parfaitement la qualité comme moyen. Du moins, la notion de bilan scolaire n’y apparaît pas de façon claire et explicite. Or, dans beaucoup de pays développés (Europe et Amérique du Nord), le bilan est une étape obligatoire, réalisée pour la plupart en langues et en Sciences. 
Le deuxième niveau d’intervention scolaire recommande une responsabilisation pleine et entière des directions d’école/ établissement. Il s’agit de faire l’option d’une « responsabilisation douce et réflexive » (Nathalie Mons & Vincent Durpiez, in Recherche et Formation, 2010, page 45-59). Nous sommes loin de penser que toutes ces politiques doivent être identiques dans les faits. Le pilotage par les résultats (nous préférons « piloter » à la place de « gérer ») prend diverses formes en fonction des contextes et niveaux d’actions : enseignant craie-en-main, directeurs ou chefs d’établissement, corps de contrôle et pouvoir central. Si dans notre pays, « on gère par les résultats », ailleurs, « on pilote par les résultats » ! Acceptons juste que tout soit fait dans le sens d’une amélioration des performances des élèves et d’une adoption de meilleures pratiques éducatives. Il est clair qu’une meilleure connaissance des résultats de notre action éducative permet de jure et de facto une amélioration des pratiques. C’est pour cette raison que nous avons salué le pari sur la « Gestion Axée sur les Résultats » (GAR). Mais, cette version sénégalaise du pilotage par les résultats est jugée soft par certains techniciens de l’éducation, car elle « ne contraint pas par la bourse ». Cela veut dire qu’en cas de contreperformance durable d’une école, d’un collège ou d’un lycée, le directeur d’école ou chef d’établissement devait subir une chute de traitement salarial ou un blocage de carrière. Nous notons qu’aucune contrainte n’est assortie à la contre-production scolaire pour le chef d’établissement. Et pourtant, des mesures incitatives favorisant la performance à l’école existent, mais aucune ne fait directement « mal à la poche » du directeur ou du chef d’établissement (Principaux ou Proviseurs). Ces derniers, en tant que responsables du travail éducatif ont une responsabilité pédagogique, administrative, politique, morale et comptable à la fois. Par voie de conséquence, leur niveau de recevabilité doit les amener à répondre de leurs manquements « devant Dieu et les hommes ». Cela est d’autant plus logique que s’il était permis aux parents, à chaque fois qu’ils le souhaitent, d’inscrire leurs enfants à l’école de leur choix, certains établissements risqueraient d’être dégarnis de leurs effectifs.
Ainsi, l’application de l’accountability dans le système éducatif comporte d’énormes enjeux d’autonomie professionnelle, d’expertise et de pouvoir syndical pour les personnels éducatifs. Ce principe qui semble décider de la préséance entre le devoir professionnel et les droits du travailleur devient du coup le premier levier de l’efficience scolaire. Qui plus est, nous sommes convaincus que sa mise en œuvre contribuera à la pacification de l’espace scolaire. Par ailleurs, nous ne le dirons jamais assez, la pandémie de COVID-19 nous impose un changement des pratiques éducatives variables selon les pays, mais aussi l’adoption et la généralisation de nouveaux outils de pilotage. A l’analyse, nous savons de science certaine que désormais, l’école devra se faire autrement. Le changement est bien possible, car notre personnel éducatif en est capable. Mais, cela exige du courage et une certaine capacité d’indignation face à l’anormal. Plutôt que de s’y habituer et de s’y résigner parce que la situation nous arrange, il faudra la secouer fortement. Toutefois, avec l’ensemble de la communauté éducative, de profondes réflexions devront être menées afin d’apporter les vraies réponses aux seules interrogations qui vaillent pour notre système éducatif : quels Enfants sommes-nous disposés à offrir à notre pays ? Quel pays devrons-nous laisser à notre descendance ? (pour ne pas paraphraser Pierre Rabhi, écologiste français, fondateur du mouvement Colibris).

 Lamine Aysa FALL
Inspecteur de l’Education et de la Formation
Citoyen de Thiès-Ville
lamineaysa@gmail.com

Sources : 
  1. Plan sectoriel de l’Education du Sénégal
  2. Rapport général de la CNAES
  3. Conclusions des Assises de l’Education et la Formation
  4. Situation économique et sociale du Sénégal en 2015 (ANSD)

 


1.Posté par maitre gosso le 10/07/2020 15:11




L'amour ne peut être étouffé, il peut s'éteindre. Vous trouverez ici la réponse à vos problèmes et chagrins de coeur.
Je suis Maître GOSSO
Médium voyant, maître féticheur , grande célébrité occulte aux dons héréditaire.
Je met tout mon savoir faire à votre disposition ; pour vous donner une meilleur satisfaction.
Déplacement et travail par correspondance.
Grand spécialiste des problèmes affectifs:
Amour
Retour définitif de l’être aimé
Crise conjugale
Problème familial
Déception de couple
Trahison
Protection contre les esprits de la démence et du vice
Malchance conjugale.
Désenvoûtement d'amour
Union rapide
Cas désespéré de retour d'affection
Impuissance sexuelle pour ne citer que ceux là.
Je pratique la magie sous différentes formes depuis tout petit.
N’attendez pas que votre problème s'aggrave, il y a des solutions pour chaque problème.
N'attendez pas qu'il ou (elle) vous quitte, n'attendez pas qu'une autre personne lui jette un sort d'amour.
Soit le pilier de votre relation.
N’hésitez pas à me contacter même s’il s'agit d’une simple question. Mon plaisir est d’aider ceux qui en on vraiment besoin.
Travail rapide et discret, résultat 100% garantit.*

CONTACT MAITRE Dahvodoun Gosso

Téléphone personnel/whatsap: +229 60 00 53 91

E-mail personnel: maitre.gosso@hotmail.com

Site https://www.mediumvoyantmagic.com/


Nouveau commentaire :

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE | Antivirus, la chronique d'Abdoulaye Der | COVID-19