Menu


Entretien exclusif avec Mohamed yeslem Abdallahi président de l’association « Ithar »

POLITIQUE
Mercredi 31 Janvier 2024

Entretien exclusif avec Mohamed yeslem Abdallahi président de l’association « Ithar »


Chers lecteurs et lectrices, nous vous proposons un entretien avec Mohamed   Yeslem Abdallahi , ancien député mauritanien, homme d'affaires en Angola, diplômé d'un master de l'Université de Laayoune en Mauritanie, département  sciences de la charia, il est aujourd'hui président de l'association caritative " Ithar" Charitable, pour la prise en charge des patients atteints de cancer.

Tout d’abord, nous aimerions connaître le nom de l’association et quand est ce qu'elle a été fondée ?

En effet l'association Ithar est une organisation caritative appelée l'Association ITHAR pour l'assistance des personne atteintes du Cancer, a été créée le 20 septembre 2021.

Quelles sont les motivations qui vous ont poussé à créer cette association caritative ?

Au début, cette association a été créée par hasard. Comme je l'ai déjà dit, je suis un homme d'affaires, je me suis installé vivre en Angola, un jour, j'étais en vacances en Mauritanie, alors quelqu'un qui travaillait dans les domaines caritatives m'a demandé de visiter le seul hôpital de traitement du cancers en Mauritanie, où se trouvent de nombreux patients pauvres et nécessiteux, selon son expression, j'ai accepté la visite, comme on le sait, la récompense pour la visite aux malades en Islam, et le Prophète, "paix et salut sur lui", nous y a exhortés en disant : « Je suis tombé malade et tu m'avez pas rendu visite. »

Je suis allé à l'hôpital dans le but de gagner une récompense d'Allah et de distribuer des sommes d'argents aux patients, mais après avoir visité l'hôpital et parcouru deux ou trois salles d'urgence, j'ai été très impressionné, et ce qui m'a touché, c'est que les résidents de cet hôpital appartenaient à une catégorie pauvre. Ils sont tous des pauvres, dès que vous voyez leurs visages, vous n'avez pas besoin de demander s'ils sont pauvres ou riches, car la marque sur leurs visages est le résultat de l'extrême pauvreté et des effets de la tragédie. De plus, je soignais ma sœur pour la même maladie, hors du pays, c'était en Belgique, alors je me suis dit : si les autres comme moi qui en ont les moyens financiers, soigbent leurs familles à l'étranger , alors qu'en est-il des patients qui ne peuvent pas aller même pas dans un pays voisin comme le Sénégal ? Il vaut mieux qu'ils aillent en Europe. C'est de là qu'est née l'initiative de créer cette association.

Les projets et les  activités de l’association se limitent-ils aux seuls patients atteints de cancer ?

Oui, l'association est spécialisée dans la prise en charge des patients atteints de cancer afin de leur fournir un excellent travail, car la spécialisation contribue à la maîtrise.

Comment choisissez-vous le patient que vous soignez ?

Le choix du patient est simplement que l'association ait un bureau, et c'est la seule association qui a un bureau dans le seul hôpital des maladies cancéreuses en Mauritanie. Quand le patient vient, ils lui rédigent une ordonnance ou lui demandent de se soumettre à un examen, et il n'a pas assez d'argent. Il demande où puis-je trouver une association caritative ? Vous m'aidez, alors on lui dit : Voici l'association "Ithar" et le bureau est à l'intérieur de l'hôpital, alors il s'y rend. Quand il vient chez nous pour enquêter sur les questions, on lui demande sa carte d'identité pour l'enregistrer et lui donner un numéro, et ce numéro lui donne droit aux soins à l'association, et on ne vérifie pas si ce patient est pauvre ou riche parce que une personne qui se soigne en Mauritanie, cela suffit à lui seul comme certificat de pauvreté, car s'il en a les moyens et souffre de cette grave maladie, il ne trouvera pas la paix psychologique, sans s'être soigné dans les hôpitaux les plus prestigieux du monde.

 *Qui finance cette association et a-t-elle des partenariats avec des organisations gouvernementales, non gouvernementales ou internationales ?
Le financement de l'association jusqu'à présent est limité à notre peuple et à quelques personnes caritatives de la communauté africaine.

Quelle est votre ambition et où espérez-vous que l’association Ithar atteigne ?

Nous cherchons et aspirons à ce que cette association soit une association caritative leader en Mauritanie et dans les pays voisins en 'Afrique de l'Ouest et dans le monde entier, car nous dépendons de Dieu le Tout-Puissant et Il est capable de tout, et donc nous nous efforçons et trouvons, et cela Nous espérons, inchallah, être un refuge pour les patients atteints du cancer, partout dans le monde.

Maintenant nous sommes arrivés au terme de cet intéressant entretien : quel est votre dernier mot ?

Mon dernier mot est que j'étais en tournée en Afrique. J'ai d'abord visité l'Angola et j'ai reçu 150 millions de francs CFA de la communauté mauritanienne et des œuvres caritatives d'autres communautés. J'ai également visité le Congo et j'en ai obtenu environ 130 millions de francs CFA. Outre le Gabon, nous avons obtenu environ 127 millions de francs CFA, ainsi que la Côte d'Ivoire, dont nous avons obtenu environ 90 millions de francs CFA.

Je fais maintenant partie d'une délégation de l'association Ithar. Nous sommes venus ici dans notre deuxième pays, et le Sénégal pour moi n'est pas comme l'Angola ou n'importe quel pays africain, mais plutôt comme la Mauritanie, et les Sénégalais ressentent les sentiments des Mauritaniens et les sentiments de leurs patients. Je suis ici en visite au Sénégal pour demander l'aide du peuple sénégalais, des honorables cheikhs sénégalais, de l'État sénégalais, des hommes d'affaires sénégalais et de tous ceux qui peuvent tendre la main à ces patients, vos frères de Mauritanie, je suis là pour cela et mon dernier mot est que je demande l'aide de ce généreux peuple sénégalais pour cette catégorie de malades.

Entretien exclusif avec Mohamed yeslem Abdallahi président de l’association « Ithar »

Nouveau commentaire :

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE | Antivirus, la chronique d'Abdoulaye Der | COVID-19 | KEEMTAAN GI | Echos des Locales 2022