Fronde au FDBJ : l’autorité de Bamba Dièye contestée

POLITIQUE
Lundi 27 Mars 2017

Dans un long communiqué que www.lessentiel.sn vous propose in extenso, des membres du Front pour le Socialisme et la Démocratie FSD/BJ « BENNO JUBEL » conteste le leadership Cheikh Bamba Dièye accusé de gestion solitaire du parti, absence de débat démocratique, patrimonialisation du parti, non existence d’instances régulières, opposition dans les prises de décisions, positions et discours, illégitimité de la Direction du parti voire le poste de Secrétaire Général.


 Le Front pour le Socialisme et la Démocratie FSD/BJ «BENNO JUBEL» dans sa conception idéologique définit la politique comme un moyen de générer des actions positives pour servir un plus grand nombre, un combat de représentativité. Elle se caractérise donc par la primauté de l’intérêt général sur les intérêts crypto-personnels. Nous membres du FSD/BJ «BENNO JUBE» fidèles à l’orientation de notre formation politique, sommes déterminés à le sortir de sa léthargie et lui impulser un nouvel élan.
S’inscrire dans «BENNO JUBEL» est caractéristique du  citoyen imbu de valeurs et de principes de solidarité, de droiture, de probité. Ces principes et valeurs qui fondent notre démarche est soutenue par  la conviction, l’engagement dans la défense des intérêts des citoyens.

Malheureusement, depuis quelques temps un certain nombre de comportements révélateurs d’errements dans les choix politiques ont fini par dénaturer l’image, le visage de notre formation politique et pousser beaucoup de braves militants et responsables du parti à démissionner.

Dès lors le constat d’une gestion solitaire et informelle du FSD/BJ est établi et nous avons assisté à des prises de positions unilatérales, inopportunes  et impertinentes. Nous souffrons d’une absence de débat démocratique.  Cela a fini par écarter de dignes militants dont l’engagement et la loyauté ne datent pas d’aujourd’hui. La mainmise du soi-disant secrétaire général du FSD/BJ sur le parti, représente une grave régression démocratique, un monolithisme politique révolu.

A cette volonté  manifeste de faire du parti un patrimoine familial, s’ajoute le désir illégitime de s’éterniser au poste de secrétaire général. Car notons que depuis la création du FSD/BJ en 1995, le seul congrès de renouvellement s’est tenu à l'ENDSS en juin 2002.
  
Ces éléments montrent à suffisance le sentiment de découragement généralisé installant dans  un malaise  profond notre formation politique. En plus le coordinateur du mouvement des élèves et étudiants ainsi que son adjoint et d’autres responsables régionaux et départementaux ont gelé leurs activités politiques. Par conséquent, le doute n’est plus permis sur le caractère improbable, contestable, voire illégitime de  la direction du parti et de son avenir. Cette situation naturellement  est la cause de sa léthargie et de sa dislocation.

Ainsi force est de noter la responsabilité quasi-exclusive  d’une seule et unique personne, à travers des décisions prises au nom des militants, sans leur aval, dans  l’unique but  d’assouvir des sentiments ou des intérêts personnels en totale contradiction avec l’esprit démocratique.
Aujourd’hui le FSD/BJ se résume à un seul visage, à un regroupement hétéroclite et clientéliste  autour de la promotion personnelle du secrétaire général qui adopte une  politique de culte de sa propre personnalité.
Alors que nous devons plutôt nous réconcilier avec l’éthique politique en faisant en sorte que le parti ait  l’obligation d’avoir des orientations consensuelles.

Considérant cette situation non souhaitée et déplorable, il est de notre responsabilité de sauver cette formation politique pour laquelle nous nous sommes investis depuis des années.
Cela est devenu une nécessite démocratique  et vitale pour le FSD/BJ d’autant que beaucoup de choses nous opposent : Les orientations, les options, les actes politiques posées et surtout les discours.
Nous nous investissons aussi d’une mission de redonner au parti son lustre d’antan, de rassembler les nombreux militants et responsables qui partagent les mêmes points de vue et les mêmes convictions.

Nous lançons un appel à tous les militants, responsables et sympathisants du FSD/BJ qui adhèrent à notre cause à se préparer à l’organisation du congrès national dans les meilleurs délais.
  
La situation politique et économique doit pousser tout un chacun à se déterminer et aujourd’hui force est de constater que la dynamique unitaire lancée depuis 2012, dans le cadre de la coalition BENNO BOOK YAKAAR, avec l’avènement de son Excellence Monsieur le Président Macky Sall dans une gestion participative, est en train de porter ses fruits dans tous les secteurs de la vie nationale.

La  responsabilité patriotique et citoyenne  nous impose donc de rester dans la voie du développement et d’accompagner le Président de la République dans la construction nationale. Pour dire que le FSD/BJ, en tant que parti politique constructif, est plus que jamais ancré dans le BENNO BOOK YAAKAAR.
Nous ne devons pas renier nos engagements et nos convictions à accompagner la coalition qui fait la fierté des sénégalais car portant l’espoir de toute une nation.

Après Dakar, Pikine, Guédiawaye, Rufisque, Déni Biram N’dao, Ndiaganiao, Khombol, Sangalkam, Mbour, Thies ….. Nous allons continuer cette tournée nationale déjà entamée pour boucler les 45 départements  et montrer aux sénégalais  que cette dynamique positive qui vient d’être dégagée reflète l’adhésion et  la volonté du plus grand nombre des militants qui ne sont intéressés que par le développement voire l’émergence de notre nation.
 
Dakar, le 27 mars 2017
 

Nouveau commentaire :

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE | Antivirus, la chronique d'Abdoulaye Der | COVID-19