Hommage à Lamine Diack : «Un modèle de conscience patriotique au service de la nation »

TRIBUNE LIBRE
Lundi 6 Décembre 2021

Par Mbaye Jacques DIOP journaliste, Administrateur des plateformes club des Experts Sportifs & Globe Sports


Hommage à Lamine Diack :  «Un modèle de conscience patriotique au service de la nation »
Dirigeant sportif au parcours exceptionnel, Lamine Diack est né, le 7 juin 1933 à Dakar, précisément dans le populeux quartier de Reubeuss. Après avoir été un athlète pratiquant notamment le saut en longueur, il a occupé différentes fonctions au sein des organisations sportives. Footballeur à ses débuts, il a tout d’abord été entraîneur de football, puis Directeur technique national des Lions du Sénégal de 1964 à 1968.

Membre du Comité National Olympique Sportif Sénégalais depuis 1974, il en devient président de 1985 à 2002. Durant cette période, il a également occupé des responsabilités politiques. Il a notamment été maire de Dakar de 1978 à 1980. Il fut aussi député au Parlement sénégalais de 1978 à 1993. Grâce à sa clairvoyance et à sa compétence, M. Diack a occupé des responsabilités au sein de l’Association Internationale des Fédérations d’Athlétisme (IAAF), organisme qui gère le monde de l’athlétisme. Vice-président de Primo Nebiolo, il est élu Président lors d’une séance extraordinaire en décembre 1999 à la suite de la mort de son prédécesseur. Ce parcours glorieux lui a valu des distinctions honorifiques à travers le monde.

Dakar, 1969. On sortait d’une année de tourmente, marquée par des troubles sociaux d’une grande ampleur. Et la cassure était encore là, béante, entre le pouvoir de Léopold Sédar Senghor et les franges jeunesses de la population sénégalaise, particulièrement dakaroise. Une période de désamour qui coïncide aussi avec des moments de difficulté pour le sport national. Et l’on comprend que ce secteur, qui mobilise tant les jeunes, apparut à l’époque comme la priorité d’entre les priorités pour l’Etat. Aussi, le chef de l’Etat se concentra-t-il sur la recherche de la formule-miracle qui devait le réconcilier aux jeunes. Des conseils avisés l’orientèrent vers un jeune cadre de la Fonction publique, inspecteur des Impôts et Domaine, chef du Bureau d’enregistrement, qui se trouvait aussi être un sportif, ancien pratiquant de niveau international, reconverti dans l’encadrement quelques années plus tôt après avoir raccroché ses godasses ; une cible nommée Lamine Diack. Condisciple d’Abdou Diouf, Lamine Diack a réalisé, en son temps, une performance peu courante qui est très révélatrice de sa forte personnalité : concilier des études brillantes jusqu’au niveau supérieur avec la pratique de deux disciplines sportives (football et athlétisme) de niveau international, sans compter le basketball, le tennis de table et le volleyball. Coqueluche de la jeunesse dakaroise à l’époque où il pratiquait le football sous les couleurs du club phare, le Foyer France Sénégal (qui deviendra le Jaraaf), Lamine Diack avait conquis le cœur de bien d’autres Sénégalais. Des Sénégalais qui ne s’intéressaient pas particulièrement au sport, mais qui ne pouvaient rester insensibles aux exploits de cet athlète, spécialiste du saut en longueur, qui, par ses bonds à l’occasion des compétitions internationales, faisait franchir à la peau noire des distances impressionnantes dans la course vers l’égalité des races. Ayant mis un terme à sa carrière de pratiquant, Lamine Diack, qui était devenu entre-temps un haut fonctionnaire du ministère des Finances, s’engagé dans l’encadrement sportif au sein de son club, le Jaraaf, puis au service de l’Equipe nationale de football. Ce pedigree semble avoir impressionné et convaincu Senghor qu’il tenait là la solution à ses problèmes avec la jeunesse.
 
Nommé ministre pour effacer les séquelles de Mai 68

Ainsi, Lamine Diack se retrouva à la tête du département de la Jeunesse et des Sports. Le bilan de ses quatre années comme ministre est positivement historique, et plus de Cinquante-et-un (51) ans après, l’on se réfère encore à son œuvre à chaque fois que la situation est nébuleuse. L’autorité morale qu’il a toujours exercée encore sur le sport sénégalais a toujours été confirmée par les nombreuses médiations réussies qu’il a effectuées entre les différents clans du football qui se sont toujours déchirés entre eux. Si l’objectif de la nomination de Lamine Diack dans le gouvernement, en 1969, était d’apaiser les rapports entre le pouvoir et les jeunes, la finale de la Coupe du Sénégal de la même année offre une manifestation éloquente de la réalité de cet apaisement. Pour la première fois depuis longtemps, le Président Senghor a pu se rendre à une manifestation publique de la jeunesse et, au lieu d’être hué, il fut ovationné chaleureusement grâce à son guide du jour, son ministre des Sports qui, après l’avoir convaincu d’effectuer le déplacement, est allé le chercher au Palais pour le conduire chez les jeunes. Ce jour-là, Lamine Diack avait amplement justifié sa présence à son poste, mais en même temps, il venait de susciter beaucoup d’inquiétude chez les hommes politiques jaloux de leur domaine et prompts à écraser toute menace de concurrence.

Ainsi, la réussite du jeune ministre avant terme fut également la source des ennuis qui le poursuivront pendant le quart de siècle qu’il passera dans l’espace politique. Lamine Diack faisait peur et était une cible prioritaire pour les politiques ; ceux-ci ne se privèrent pas. Et son engagement en politique en ces temps où les fonctions gouvernementales étaient politisées de fait n’y changea rien. Les complots et guet-apens ne manquent pas sur son parcours. Après quatre ans de services remarquables au département des Sports, il migra au ministère de la Promotion humaine où il ne connut pas davantage de repos.

En 1976, Lamine Diack est finalement emporté par les manœuvres de ses adversaires ; il démissionne du gouvernement pour retourner au ministère des Finances où les caciques de l’Ups (actuel Ps), loin de le lâcher, décidèrent de l’enterrer définitivement.

Successeur du docteur Samba Guèye

Sportif avec un esprit de compétition très ancré, Lamine Diack engage la résistance, renforcé par les populations de Dakar, sa base politique où il occupa longtemps le statut de second d’une figure emblématique du système senghorien : le docteur Samba Guèye. Cette même année 1976, Lamine Diack accède aux fonctions de Président du Conseil municipal de Dakar (maire), à une époque où la commune de Dakar couvrait l’ensemble des agglomérations urbaines de l’actuelle région de Dakar. Une position que les intrigants de la politique ne pouvaient se résoudre à lui laisser. Les travaux de construction de l’Hôtel de ville de Dakar vont servir de prétexte, car disait-on, on les a engagés sans autorisation de la tutelle. C’est une faute de gestion qui justifie une révocation. Et la révocation est prononcée en 1978. Pour autant, la situation n’était pas rassurante pour les adversaires de Lamine Diack. Parce que surtout, l’alibi était plus que branlant. En effet, en ces temps-là, la réforme de 1984 n’était pas encore intervenue, et dans les communes, capitales de région, la gestion du budget municipal relevait du gouverneur de région et non du Président du Conseil municipal. Donc, s’il y avait faute de gestion, elle ne saurait être nullement imputable au maire. On réorienta les efforts de neutralisation vers le ministère des Finances. Lamine Diack étant un fonctionnaire des Finances et ayant passé toute sa carrière administrative dans ce ministère, on devrait bien trouver là-bas quelque chose, même un petit détail, pour le mettre hors d’état de nuire. Les témoins parlent d’un dossier fabriqué grossièrement et dans lequel Lamine Diack sera piégé, se retrouvant à devoir rembourser au Trésor public, pour combler un « trou savamment creusé », une somme d’argent hors de sa portée. Le temps qu’il compris qu’il s’était fait avoir, c’était trop tard. Pour autant, avec ce courage qui le caractérise, il fit face, notifiant à qui de droit qu’il ne remboursera aucun franc, parce que n’en devant aucun. Malgré les pressions et les menaces, il refusa de se laisser ligoter et poursuivit son action politique à la base, étant conscient qu’il ne pouvait plus attendre de la politique autre chose que ce que lui donnerait le vote des militants. Aux élections législatives suivantes, il est élu député. Un mandat qui sera renouvelé jusqu’en 1993, année à laquelle Dakar tombe dans l’escarcelle du Pds.
 
Le Perchoir contre un coup de fil

Durant cette période où il a exercé des activités parlementaires, Lamine Diack connut, pour la première fois de sa carrière politique, une certaine accalmie sur le front des intrigues et menées déstabilisatrices. Il occupera les fonctions de Questeur à l’Assemblée nationale, puis celle de Premier Vice-président de l’Institution. Et c’est sous cette fonction qu’il reçut dans ses mains, en 1989, la lettre de démission de Daouda Sow, quittant le Perchoir suite à une pétition, orchestrée disait-on, par feu Jean Collin. On avait pressé Lamine Diack d’appeler Jean Collin au téléphone pour le rassurer, et la présidence de l’Assemblée nationale lui revenait de droit. Il refusa, par principe, disait-il, même s’il précisait qu’il n’avait aucun contentieux personnel avec Jean Collin. C’est ainsi qu’on est allé chercher Abdou Aziz Ndao à la Questure pour en faire le président de l’Assemblée, alors que tout indiquait que Lamine Diack allait occuper le fauteuil.

Dans la même période, fut amorcé le processus de refondation du Ps, opération à laquelle Lamine Diack n’avait pas voulu adhérer. En 1993, à la veille du triomphe des Refondateurs au sein du parti, en pleine campagne électorale, son domicile fut attaqué, saccagé et brûlé. Mais il continue son action politique dans le cadre du service de son peuple, tout en ayant à l’esprit que le peuple appréciait positivement cette action. Si des gens en sont arrivés à perpétrer une telle atteinte contre sa vie et celle de sa famille, dans le cadre de ce qui devait être une simple adversité politique, cela signifie peut-être que son action politique n’est pas perçue par l’opinion avec ce sens qu’il lui donnait. Alors il décida d’arrêter tout en tenant ces propos ‘’ Je n’ai pas de motivation personnelle en politique et s’il s’agit de servir mon peuple, il y a d’autres voies pour le faire, sans avoir à gérer la passion qui caractérise le monde politique’’. Tel était le discours d’adieu de Lamine Diack à la politique, délivré à ses proches venus lui témoigner leur solidarité en ce jour de sinistre. Pendant les deux ans qui suivirent jusqu’au congrès du 30 mars 1995 qui devait marquer la prise du pouvoir au sein du Ps par feu Ousmane Tanor Dieng et les siens, le fauteuil de Lamine Diack au Bureau politique du Ps est continuellement et désespérément vide. La rupture était définitive entre Lamine Diack et la politique. C’était le temps du retour aux sources ; le militantisme sportif reprenait ses droits usurpés pendant 25 ans par le militantisme politique.

En 2001, après 25 ans de vice-présidence à l’Iaaf, Lamine Diack est élu président et se retrouvait ainsi patron de l’Athlétisme à l’échelle planétaire. Plus jamais de politique, répondait-il toujours à ceux qui venaient le solliciter pour un retour en scène. Mais, en 1969, c’est plus à l’appel de l’Etat et de la Nation que le chef du Bureau d’enregistrement avait répondu qu’il n’a pas réagi à l’attraction de la politique. Quarante ans plus tard, l’histoire a failli se répéter ? Lamine Diack avait décidé de quitter volontairement l’Iaaf en 2011, un an avant l’élection présidentielle de 2012 qui devrait sceller l’avenir d’un Etat républicain et démocratique que lui, Lamine Diack, a contribué à bâtir, qui se révélait menacé à un degré inquiétant. Une menace qui l’a poussé d’ailleurs à sortir ses griffes et à avertir : « Nous ne l’accepterons pas !» Jusqu’à quel point ce refus s’exprimera-t-il ? Un engagement direct dans l’arène, au nom du salut national ? En tout cas, dans ce contexte où les politiques inspirent de moins en moins confiance, on y pensait de plus en plus, ne serait-ce que pour un mandat de transition. Et dans certains cercles, il commençait déjà à faire peur, comme en 1969 même si l’histoire n’a finalement pas bégayé.

Toutefois, il faut dire que Lamine Diack a toujours eu du caractère. Sa combativité, son intransigeance et sa ténacité trouvaient leurs justifications dans un idéal profond. Et c’est avec parfois, acharnement qu'il défendait les causes auxquelles il croyait profondément. Pugnacité, persévérance, courage, sacrifices et dignité sont des mots qui caractérisaient son combat. Par ailleurs, le grand dirigeant sportif qu’il a toujours été, savait faire preuve, de réalisme, de pragmatisme et d'imagination créatrice pour faire triompher ses idéaux d'indépendance, de justice, de liberté et de paix. Il est vrai qu’on lui a toujours reproché un style autoritaire et une certaine intransigeance (qu’il manifestait d’ailleurs, envers lui-même). Le tempérament et la forte personnalité de Lamine Diack ont souvent nourri cette accusation d’autoritarisme. Pourtant, l’homme ne concevait son action que dans un cadre collectif. Il est vrai, en effet, que Lamine Diack a toujours eu cette autorité naturelle qui découlait très logiquement de sa force de conviction et de son comportement personnel qu'il voulait exemplaire.  Il n’était autoritaire qu’en apparence, il était autoritaire quand il s’agissait d’appliquer et de faire respecter les règles, mais il aime écouter les autres et, éventuellement, changer de position. Dans les réunions auxquelles j’ai pu assister le dirigeant, malgré sa forte personnalité, qui pouvait lui permettre d'imposer aisément son opinion, s’est toujours efforcé de susciter la discussion afin que tous les avis soient exposés.

Lamine Diack, leader charismatique, écouté sur la scène internationale, a acquis, grâce à son action et à ses idées, prestige et respect.

Il avait le verbe haut, le nationalisme à fleur de peau, de la dignité et de la distinction comme principe. Il n’était pas seulement un homme d'État remarquable, il avait aussi des qualités d'homme tout court. Ses camarades de classe que j’ai pu rencontrés au cours de mes enquêtes m’ont rapporté ceci de lui : Lamine Diack était à l'école un gros travailleur, très sérieux dans ses obligations (ses devoirs étaient toujours achevés sans retard), ne remettant jamais au lendemain le travail du jour, ce qui lui permettait de disposer de temps libre pour ses activités sportives. Il était un camarade foncièrement honnête et franc. Il était aussi propre dans son corps que dans son esprit et je ne puis que garder un souvenir admiratif de ce camarade. Je ne l’ai jamais vu s’attarder sur quoi que ce soit d’insignifiant ou mesquin, m’avait soufflé, mon défunt papa Serigne Lamine Diop.

La vision de Lamine Diack était inspirée d'un idéal profond. Il a toujours pris ses racines dans sa foi profonde. C’est ce que j’appelle un vrai musulman, c’est-à-dire un homme qui suivait, dans son esprit, les préceptes du Coran. Son autre trait de caractère est, précisément, son besoin de rationalité et son esprit de méthode mais aussi son humanité. Lamine Diack a toujours prôné l’esprit d’objectivité, d’équité. Il a toujours évité tout ce qui était excès, tout ce qui pouvait paraître comme ressentiment ou vengeance. Cela est très important. L’esprit d’équité, je dirais plus : l’esprit d’humanité, est un des traits fondamentaux du Président Lamine Diack, le Nationaliste. La leçon que je retiens du Président Lamine Diack. Tel il est, tel je le retrouve, de loin, à travers ses actes et ses discours : un homme de foi, un homme d’efficacité, un homme d’humanité. Et j’ai compris pourquoi il a été un des grands hommes Fondateur de la Confédération Africaine d’Athlétisme (CAA).

Aujourd’hui sans risque de me tromper, je peux dire que le Président Lamine Diack est incontestablement un de nos pharaons modernes, qui aura consacré toute son intelligence et toute son énergie à la grande oeuvre de reconstruction de l'unité nationale, du monde sportif.  Bien sûr, l'homme n'est  pas parfait ; mais notre monde politique, notre monde tout court a-t-il vocation d'être la demeure des Anges ? Ses adversaires ont notamment critiqué son style autoritaire, qu'il tiendrait de ses racines aristocratiques, féodales, et de l'influence qu'exerçaient sur lui certains éléments purs et durs de son entourage. Quoi qu'il en soit, ces critiques ne sauraient ternir l'éclat de cette personnalité flamboyante qui aura marqué d'une empreinte indélébile le Sénégal, le mouvement olympique et sportif. Elles ne sauraient non plus masquer sa silhouette qui réapparaît aujourd'hui au firmament de l'histoire, éblouissante de lumière. Certains ont tenté d’effacer sa mémoire collective mais se sont heurtés à la volonté divine.  n’ont pas réussi à cette sale.

Repose en paix, cher Président

Nouveau commentaire :

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE | Antivirus, la chronique d'Abdoulaye Der | COVID-19 | KEEMTAAN GI | Echos des Locales 2022