Macky Sall : le discours de la capitulation

TRIBUNE LIBRE
Mercredi 13 Mai 2020

«La dignité, c’est l’harmonie entre le dire et le faire»

Dans une interview accordée à RFI et France 24, le vendredi 17 avril 2020, Macky Sall affirmait : «Avec les nouveaux cas communautaires, dans les quartiers populaires de Dakar, nous allons réajuster les horaires du couvre-feu, démarrer dès 18 h et finir vers 7 h du matin».
Le 11 mai 2020, le champion du wakh wakheet (reniement), l’homme aux déclarations mensongères (c’est devenu une seconde nature chez lui), amorçait un virage à 180 degrés. 

Humilié par le Khalife Général de Léona Niasse, qui, dans une vidéo virale a affirmé qu’il n’est pas un homme de wakh wakheet (allusion voilée aux volte-face permanents de Macky Sall) et qu’il ne bougerait pas d’un iota sur sa position (appel à la prière dans les mosquées), Macky SALL a fini par se soumettre à l’injonction du marabout. 
Cédant presque sur tout, à la vitesse d’un TGV.

Macky Sall n’a ni parole, ni honneur. Ses convictions évoluent au gré du vent, et des circonstances du moment. Pour conserver le pouvoir, Il est prêt à tous les accommodements, tous les reniements, toutes les compromissions. Y compris à sacrifier la santé et la vie de dizaines de milliers de sénégalais.

La réouverture des lieux de culte est pire qu’une reculade : c’est la capitulation d’un homme irresponsable ; un amateur arrivé à la magistrature suprême, par effraction en 2012, qui n’aurait jamais dû présider aux destinées du Sénégal.
Le discours du 11 mai (une capitulation) prouve une chose : l’homme est faible et son pouvoir chancelant. 

Pour terminer, nous reprendrons l’expression du Journaliste, Serigne Saliou GUEYE, du Témoin, qui, dans un article percutant, intitulé « Et le Président abdiqua » évoque « un pied de nez flanqué à la Cour suprême qui rejetait la requête du collectif pour le rapatriement de corps nos compatriotes décédés du Covid-19 à l’étranger ». L’humiliation de la justice sénégalaise est à son comble.
Paul Valery disait « quand l’état est faible, nous périssons ». Entre une justice couchée et un incompétent aux commandes du Sénégal, la République est à terre.

Seybani SOUGOU – E-mail : sougouparis@yahoo.fr
 
Nota bene :
L’arrêté du Ministre de l’intérieur « interdisait toutes les manifestations ou rassemblements de personnes dans les lieux ouverts ou clos ». Attendons de voir comment sera rédigé le nouvel arrêté (ce qui est valable pour les lieux de culte le sera-t-il pour d’autres types de rassemblements) ? 

 

Nouveau commentaire :

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE | Antivirus, la chronique d'Abdoulaye Der | COVID-19