Maroc, ce «frère» qui massacre nos enfants pour les beaux yeux de l’Espagne ! (Par Mamadou Oumar Ndiaye)

TRIBUNE LIBRE
Mardi 28 Juin 2022

Maroc, ce «frère» qui massacre nos enfants pour les beaux yeux de l’Espagne ! (Par Mamadou Oumar Ndiaye)
Et pour empêcher ces despérados de franchir ces barbelés, ce qui serait synonyme pour eux d’entrée dans l’Eldorado européen, les policiers marocains, donc, les ont réprimés avec une férocité inqualifiable comme s’ils ne s’acharnaient pas sur des êtres humains mais sur des bêtes sauvages. Encore que, pour tous ces Arabes, le Nègre représente moins que leur chien… A preuve, s’il en était besoin, la façon inhumaine dont les policiers marocains ont traité les migrants qui essayaient de pénétrer à Melilla ce weekend. Il est vrai que, depuis que l’Espagne a décidé il y a quelques mois de reconnaître leur plan d’autonomisation du Sahara occidental — dernier problème de décolonisation en Afrique —, les autorités marocaines ne savent comment lui exprimer leur reconnaissance infinie. Or, la principale préoccupation du gouvernement de M. Pedro Sanchez, le Premier ministre espagnol, c’est, bien sûr, la question migratoire que Rabat a d’ailleurs déjà instrumentalisée par le passé pour… embêter Madrid ! On se rappelle d’ailleurs des hordes de migrants que les policiers marocains avaient poussées il y quelques années à…envahir l’enclave espagnole de Melilla. Il est vrai que c’était une manière pour le royaume chérifien de protester contre le fait que le président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) avait été accueilli en Espagne pour s’y soigner. L’Espagne s’étant départie de la neutralité qu’elle observait depuis 1975 et son départ du Sahara occidental qu’elle avait colonisé, les Marocains ont donc décidé, en échange de la reconnaissance par Madrid de leur plan d’autonomisation du Sahara occidental — qu’ils appellent leurs « provinces du Sud » — de se muer en gardes-chiourmes pour combattre les flux migratoires à partir de leur royaume vers l’Espagne en particulier et l’Europe d’une manière générale. Il s’y ajoute que, l’Algérie ayant décidé, pour protester contre ce rapprochement entre Rabat et Madrid, de fermer l’oléoduc qui approvisionnait l’Espagne en gaz via le territoire marocain — et qui, en passant, permettait au Maroc de se servir à hauteur de 90 % de ses besoins en gaz nonobstant les droits de passage qu’il percevait —, le pays du roi Mohamed VI compte désormais sur le royaume espagnol pour se fournir en gaz. Une fourniture devenue d’autant plus vitale que, du fait de la guerre en Ukraine, les prix de cet hydrocarbure ont explosé. Autant de choses qui font que, pour le Maroc, rien ne saurait être trop beau pour faire plaisir au gouvernement de M. Pedro Sanchez. Et si cette preuve d’amour passe par l’extermination de migrants africains, eh bien qu’à cela ne tienne ! De toutes façons, il ne s’agit que du sang de pauvres migrants africains, noirs de surcroit.
Preuve d’amour par le sang des migrants noirs
L’absence d’empathie et de compassion du Premier ministre espagnol, qui n’a même pas compati au sort de ces malheureux migrants, même pas exprimé une once de regret et même pas condamné le comportement criminel des policiers marocains, préférant désigner du doigts la responsabilité de maffias Don Quichottesques — le héros de Cervantès était justement espagnol ! —, prouve à quel point tous ces gens méprisent la vie des Africains noirs. Quant aux autorités marocaines, sans doute embarrassées — on le serait à bien moins ! — elles ne se sont pas encore exprimées et gardent un silence gêné. Ah, s’il s’était agi d’un attentat terroriste dans lequel aurait trouvé la mort un seul Européen ! Mais là, puisqu’il ne s’agit que des vies de pauvres migrants africains…on peut y aller à fond la crosse ! Quand il s’agit de prouver sa « marocanité », de conquérir les marchés des pays au Sud du Sahara, de réintégrer l’Union africaine après avoir claqué la porte de l’Organisation de l’Unité africaine, quand il s’agit de prétendre faire partie de la Cedeao, quand il s’agit de se comporter en néo-colonisateur de ces pays d’Afrique noire considérés au même titre que ses « provinces du Sud », le Maroc ne lésine pas sur les moyens. Son roi, dans le rôle de Vrp, multiplie les tournées et les opérations de charme en se comportant comme en pays conquis. Comme nous n’avons cessé de le dénoncer dans ces colonnes depuis des décennies, le royaume chérifien veut bien faire main basse sur nos économies mais n’accepte pas que les hommes d’affaires africains acquièrent ne serait-ce qu’un kiosque à pain ou une cantine de Pmu dans son territoire ! Encore moins, bien sûr, que des migrants sub-sahariens y traînent leurs guêtres. A preuve par ces milliers de pauvres diables, véritables sous-hommes contraints de survivre comme des animaux dans la forêt de Nador, et dont la seule planche de salut demeure l’enclave voisine de Melilla qu’ils n’osent même plus approcher au risque de se faire tirer comme des lapins par les policiers marocains ! Dans tout ça, ce qui interloque, c’est le silence complice des autorités africaines au premier rang desquelles celles de l’Union Africaine, une organisation présidée justement depuis février dernier par notre président de la République, Macky Sall, un obligé du roi du Maroc Mohammed VI !

Mamadou Oumar Ndiaye

Nouveau commentaire :

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE | Antivirus, la chronique d'Abdoulaye Der | COVID-19 | KEEMTAAN GI | Echos des Locales 2022