Sada Diallo : «Je demande à "Y en a marre" de créer un parti politique»

POLITIQUE
Mercredi 5 Avril 2017

Initiateur de «Sicap Debout», Sada Diallo, juriste et cadre de l’APR de la Commune de Sicap Liberté, s’exprime sur les raisons pour lesquelles il a créé sa structure. Il n’a pas manqué de brocarder le mouvement «Y en marre» à qui il recommande de se reconvertir en parti politique.


Sada Diallo : «Je demande à "Y en a marre" de créer un parti politique»
Qu’est-ce qui vous a poussé à mettre en place ce mouvement ? 

J’ai lancé l’opération «Sicap Debout» parce qu’il est temps que Sicap retrouve son image d’antan. En effet depuis qu’on a détruit ce qui était le poumon des Sicap à savoir les deux terrains de basket du SIBAC, les terrains de foot de Yoonu Ndam, de Yeggo, de Sidibé pour faire passer les deux voies de Sacré cœur, la jeunesse sicapoise a perdu son âme. 

La majorité des habitants n’ont pas compris que c’était grâce à de ces infrastructures sportives que notre jeunesse était préservée de la drogue et du décrochage scolaire car c’est grâce au sport que nos jeunes avaient un esprit sain dans un corps sain. 
C’est pourquoi nous demandons au aire de la Commune de Sicap Liberté de nous remettre au minimum nos deux terrains de basket aux abords des deux voies pour faire revivre notre équipe de Basket qui s’entraine depuis dans une école primaire en lieu et place de ces parkings de vente de véhicule qui n’apportent rien à la population. 

Derrière "Sicap Debout", il y a juste un fils des Sicap qui veut apporter sa contribution au bien-être des habitants de sa commune et qui soutient les actions du président de la République, Macky Sall. 

C’est aussi pour cette raison que vous menez des activités politiques ? 

J’ai toujours mené des activités politiques dans l’ombre, je suis un cadre de l’APR qui prépare actuellement sa thèse de doctorat à la Faculté de Droit de Versailles, j’ai ma carte de membre du CCR et j’ai monté mon comité dans la commune de Sicap Liberté. J’ai lancé récemment l’opération "Sicap debout" pour une inscription massive sur les listes électorales en présence de madame le ministre Dr Anta Sarr Diako, Délégué général à la Protection sociale et à la solidarité nationale. 

D’ailleurs, j’ai lancé une opération pour «la vulgarisation des grandes réalisations sociales du président de la République Macky Sall». Pour me parler des réalisations du Président un vieux sérère m’avait «Macky Sall meune na thiéré lole wayé amoul ay sime katt». Ce qui veut dire que le Président est en train de faire des réalisations exceptionnelles, mais y a un problème d’appropriation et de vulgarisation de ses réalisations au niveau des populations. C’est pourquoi, nous avons initié cette opération en commençant par les grandes réalisations sociales comme le PNBSF,la CMU, la Carte d’égalité des chances etc.  

Comment procédez-vous pour vulgariser les réalisations du président de la République ? 

On a commencé par l’opération "Sicap debout" pour la vulgarisation des grandes réalisations sociales du président Macky Sall par un focus sur le Programme de bourses de sécurité familiale qui est l’une des plus grandes réalisations sociales de l’histoire du Sénégal. Pour ce faire, on s’est basé sur des études menées par des institutions internationales sur le programme pour produire des extraits de témoignages de bénéficiaires dont les publications ont commencé dans les réseaux sociaux qui sont devenus incontournables et dans les autres supports de communication avec des actions de terrain afin que les sénégalais comprennent l’impact de ce programme sur 300 000 familles. Des campagnes de communication seront aussi menées, après la bourse, sur la couverture maladie universelle (CMU) et la carte d’égalité des chances. 

Après avoir fait un tour d’horizon sur les réalisations sociales, nous lancerons l’opération pour la vulgarisation des réalisations économiques du président de la République. 

Que pensez-vous de la déclaration récente du Mouvement «Y en a marre» ? 

On ne peut pas abandonner un navire pendant cinq ans et revenir pour faire des critiques sur un programme politique. Nous demandons à ces «Y en a marristes» de créer un parti politique et de venir présenter un programme politique aux Sénégalais qui, nous espérons bien, va développer le Sénégal.  
Ce n’est vraiment pas sur ce terrain qu’on attendait "Y en a marre" car à la place de nouveaux types de Sénégalais, nous avons vu de nouveaux types de politiciens. 

C’est pourquoi nous demandons à tous les Sénégalais comme il de tradition dans nos cultures de porter le "Sagar bou khonk" pour nous protéger de ces nouveaux types de politiciens. Nous ne sommes pas des moutons de Panurge. 

Source : DAKARPOSTE
 

Nouveau commentaire :

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE