Saourou Sène : "Il n’y a que les enseignants qui doivent attendre à chaque fois le paiement de leurs missions

EDUCATION
Vendredi 22 Janvier 2021


SAOUROU SENE, SECRETAIRE GENERAL DU SAEMS : «Il faudrait qu’on trouve une solution globale et définitive par rapport au paiement des déplacements et des examens»
 
«Nous avons suivi avec intérêt le communiqué du Conseil des ministres notamment dans son aspect relatif à la question de l’enseignement ou des enseignants. En ce qui concerne le premier point abordé, je crois que c’est le paiement du reliquat des examens et concours. Je considère que c’est une bonne chose sauf que quand même, il faut reconnaitre que chaque année, c’est la même rengaine. Je crois que le Chef de l’Etat doit aller au-delà de cette recommandation en indiquant clairement la solution définitive par rapport au paiement des déplacements et des examens parce que le constat qui est fait est que chaque année, c’est la même situation qui se repose. Les académies paient en fonction de leur possibilité les unes après les autres et si vous prenez le cas de Dakar, aujourd’hui beaucoup de professeurs qui ont été aux examens du baccalauréat n’ont pas pu percevoir leur déplacement.

Ce qui est regrettable dans cette affaire, on dirait qu’il n’y a que les enseignants qui doivent attendre à chaque fois le paiement de leurs missions alors que tous les autres agents de l’Etat, dès qu’ils font leurs missions, perçoivent leur dû. Certains même, avant d’aller en mission, perçoivent leurs indemnités. C’est la raison pour laquelle, il faudrait qu’on trouve une solution globale et définitive par rapport à ces situations qui sont notées chaque année. D’ailleurs, ce sont ces situations qui perturbent le début de l’année scolaire parce que l’accord dit que dès le 30 Novembre de l’année, tous les déplacements doivent avoir été payés déjà. Donc, c’est une mesure forte que l’Etat doit prendre. En ce qui concerne les DMC aussi, le dégel pose problème.

C’est une situation très complexe et pourtant lors de nos rencontres avec le gouvernement, il avait été proposé la solution de l’externalisation par rapport aux DMC. L’externalisation, c’est que maintenant, c’est une banque qui prendrait cela en charge. Maintenant, le Président a dit au ministère de Finances et du Budget conformément à ce qui se faisait, de reprendre le paiement des DMC. Je crois qu’aujourd’hui, les dossiers de beaucoup d’agents sont là en instance et que quand même une solution doit être trouvée. Globalement, il faudrait qu’on renoue le dialogue avec les organisations syndicales, notamment la reprise des activités du monitoring ».

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE | Antivirus, la chronique d'Abdoulaye Der | COVID-19