Amath Dansokho : «Si je meurs, je ne voudrais pas d’hommages folkloriques»

POLITIQUE
Samedi 24 Août 2019

Dans une interview prémonitoire accordée en 2010 au défunt quotidien Walf Grand Place, Amath Dansokho martelait des propos qui avaient valeur de testament : « Si je meurs, je ne voudrais pas d’hommage folklorique, l’estime du peuple me suffit. Je regrette le fait que l’estime dont je bénéficie de la part des couches populaires ne se traduise pas dans l’urne. Devenir président de la République du Sénégal ne m’a jamais effleuré l’esprit. »


Nouveau commentaire :

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE | Antivirus, la chronique d'Abdoulaye Der | COVID-19