google.com, pub-1148023042834496, DIRECT, f08c47fec0942fa0









Célébration de deux korités : Halte à l’hypocrisie !

RELIGION
Jeudi 29 Juin 2017

La communauté islamique n’a jamais été capable de jeûner ensemble depuis les premiers siècles de l’expansion de l’islam. La raison est simple, la détermination des premier et dernier jours de jeûne n’était pas établie par des sciences catégoriques. Et plusieurs siècles plus tard, en dépit des progrès scientifiques, la problématique n’est toujours pas résolue compte tenu des soubassements politico-religieux, confrériques ou référentiels. Ce qui nous amène, de fait, à nous poser la question de la pertinence d’un entêtement autour de l’unanimisme pour déterminer le début et la fin du mois de Ramadan.


Célébration de deux korités : Halte à l’hypocrisie !
Une problématique séculaire jamais résolue

Chaque année, quand on évoque la célébration de la korité au Sénégal, c’est surtout pour voir si ladite la fin du Ramadan est fêtée en rangs dispersés ou communément. Et chaque fois, qu’il y a célébration de deux ou trois korités, chacun élève la voix pour parler voire s’indigner de la division entre musulmans sénégalais. Des attaques voilées entre les Ibadous et les confréries fusent de partout. Chacun évoquant des textes coraniques ou hadithiques pour mettre en exergue sa vérité.

On s’indigne faussement, on parle de pseudo-division entre croyants (alors qu’il n’en est rien) au point qu’on pense que célébrer deux korités et dès fois deux tabaskis, est une spécialité uniquement sénégalaise. Même en France et ailleurs dans le monde, cette division pour déterminer la date de l’Aïd-el-Fitr ou le commencement du jeûne est le reflet de la position des partisans du calcul astronomique et de celle des adeptes de l’observation lunaire.

Cette année-ci, les Sénégalais comme dans plusieurs pays de la Ummah islamique ont commencé ensemble le mois de l’abstinence pour le finir en rangs dispersés. Si dans certains pays, il est rare de constater ces divisions, c’est parce que souvent, c’est une autorité spirituelle appuyée par le temporel ou une organisation officielle qui décrète le début et la fin du Ramadan.

En Belgique, l’Exécutif des Musulmans (EMB), en Arabie saoudite, la Cour suprême via le cabinet du Roi, en Tunisie, le Mufti de la république, en Australie, le Conseil national des imams, au Japon, le Centre islamique (Kumamoto islamic center), aux Etats-Unis, le Conseil islamique de l’Amérique du Nord (Fiqh Council of North America, FCNA) se chargent de déterminer le commencement et le terme du Ramadan.

Chez les musulmans de France, même si on ne le dit pas souvent, ces dissensions concernant la célébration de l’Aïd ou commencement du jeûne existent. Le champ islamique français est éminemment fragmenté avec le Conseil français du culte musulman (CFCM), l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), le Conseil théologique musulman de France (CTMF). Finalement, il n’y a aucune autorité religieuse forte, disposant de suffisamment de légitimité pour être entendue et suivie par les fidèles. La preuve, l’année dernière en France, si le Conseil français du culte musulman a décrété que la fête de l’Aïd el-Fitr de 2016 correspondait au mercredi 6 juillet, tout comme la Fédération de la grande mosquée de Paris (proche de l’Algérie) et l’Union des mosquées de France (proche du Maroc), il n’en est pour le Conseil théologique musulman de France, (proche des Frères musulmans), qui a plutôt célébré ladite fête le mardi 5 juillet.

La France sujette aux divisions afférentes à l’Aïd el-Fitr

En 2013, les grandes fédérations responsables de la gestion du culte musulman en France se rassemblent et décident d’un commun accord de créer un calendrier lunaire basé sur le calcul astronomique du Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche (CEFR), organe connu et reconnu en matière de jurisprudence islamique.

Ainsi le premier jour du Ramadan a été annoncé pour le mardi 9 juillet 2013 et le jour de la fête de rupture au 8 aout 2013. Mais il a fallu que l’Arabie Saoudite et d’autres pays musulmans commencent le jeûne le 10 juillet 2013 pour que la division s’installe chez les musulmans de France puisque, le recteur de la mosquée de Paris, Dalil Boubakeur reviendra sur la décision de débuter le ramadan le mardi 9 juillet 2013 comme officialisé. Ce fut une véritable cacophonie puisque les fidèles musulmans non suiveurs de l’Arabie saoudite sont restés campés inflexiblement sur leur choix du 9 juillet.

En 2014, le CEFR, selon ses calculs astronomiques, a fixé, à l’instar de l’UOIF et des fédérations turques de France, le début du Ramadan 2014, le samedi 28 juin. Le Yémen et la Côte d’Ivoire sur la base d’une vision oculaire annoncent le début du Ramadan pour ce samedi 28 juin. Pourtant l’Arabie saoudite ainsi que ses suiveurs français commenceront le jeûne le 29 juillet sans tenir compte de l’information de son voisin yéménite.

La raison : le croissant lunaire n’était pas visible dans le royaume wahhabite. Pourtant au bout de 29 jours de jeûne, sur la base d’informations étrangères, la fin du Ramadan est annoncée alors que le croissant lunaire restait invisible sur l’ensemble des territoires saoudien et français. Comble d’incohérence chez les Saoudiens et une partie des Français puisque les mêmes critères de visibilité invoqués au commencement ne sont pas appliqués à la fin du jeûne. 

En cette année 2017, si la France, l’Arabie saoudite, le Qatar, les Emirats arabes unis, l’Egypte, l’Algérie, la Tunisie, l’Indonésie, les Etats-Unis, une bonne partie des pays africains ont célébré l’Aïd le 25 juin, il n’en est pas pour l’Inde, le Pakistan, le Bangladesh et Sri Lanka, le Maroc, les îles de la Réunion, Comores, et Mayotte et une bonne partie du Sénégal qui l’ont fait le lundi 26 juin. Et que dire du sultanat d’Oman qui, pays frontalier avec l’Arabie saoudite, le Yémen et les Emirats arabes unis, a célébré la korité l’Aïd le lundi 26 juin ?

Le Sultanat d’Oman a indiqué le samedi 24 juin que l’observation du croissant lunaire annonçant la fin du mois sacré de Ramadan et le début du mois de Chawwal n’a pas été possible. De ce fait, le mois de Ramadan de cette année est de 30 jours alors que l’Aïd el-Fitr est célébré lundi 26 dans le Sultanat. Pourtant personne ne s’en est ému au Moyen-Orient. Ici, tout près de chez nous, en Guinée Conakry, il y a eu deux korités (25 et 26 juillet 2017). Et cela n’a pas occupé les prêches des imams ni préoccupé les fidèles.

Comme quoi, la division dans la célébration de la fête de l’Aïd n’est pas l’apanage du Sénégal. Et tous ces faux pontifes qui, chaque année, déclarent ostensiblement qu’ils sillonneront le pays pour rencontrer les familles religieuses aux fins d’accorder les violons, ne prêcheront que dans le désert parce que chaque groupe campera invariablement dans sa position. Et à juste raison.

Nonobstant la célébration parfois dans la division, les Sénégalais (musulmans, chrétiens, païens, athées et adeptes d’autres religions traditionnelles) vivent dans la confraternité. Célébrer l’Aïd ensemble n’est pas synonyme de communion, la célébrer en rangs dispersés n’est pas non plus synonyme de désunion. Par conséquent, il faut arrêter cette hypocrisie qui consiste à parler deux korités comme une apocalypse. Ce qui importe, c’est de la célébrer dans le respect de l’altérité.

Accepter la différence des avis et le choix des autres

Au Sénégal, la multiplicité des confréries et autres organisations salafistes, wahhabites qui rendent souvent ce projet quasi-impossible. Pourtant au-delà de cette division, je dois dire cette différence, il n’existe aucune animosité sectariste entre ces groupes religieux. L’unanimité n’est pas de ce monde des mortels. Des divisions existent dans la façon de concevoir l’Islam tout comme il en existe dans le christianisme.

Ce qui est important, comme l’a évoqué le président Macky Sall, lors de la fête de l’Aïd, c’est de respecter les différences dans la tolérance. Ceux qui disent qu’il n’existe pas deux lunes pour célébrer deux korités au Sénégal doivent le dire aux autres pays du monde qui ont célébré l’Aïd le dimanche et le lundi.
Il convient, en définitive, d’accepter la différence des avis, de ne pas blâmer celui qui aura fait un choix opposé au sien. Personne ne détient le monopole de la Sunna.

Il convient ainsi de ne pas sombrer dans les polémiques stériles qui se multiplient d’une organisation musulmane à une autre. Finalement, ce sont ces polémiques stériles qui finiront par faire le lit de la division chez les musulmans sénégalais connus pour leur tolérance vis-à-vis de la croyance des autres, même si l’on note quelques fois des hurluberlus illuminés qui versent dans des dénigrements manichéens pour violer le principe de la différence dans la foi.
 
Serigne Saliou Guèye 

 

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE