El Capo : «C’est de l’intox, personne ne prouvera ma présence sur les lieux»

POLITIQUE
Mardi 20 Août 2019

Mis au banc des accusés et considéré comme le meurtrier de l’apprenti boulanger Amar Mbaye, Makha Diop alias “El Capo’’ a nié en bloc auprès de ses proches. Il déclare qu’il n’était pas sur les lieux, la nuit des faits.

La mort de l’apprenti boulanger Amar Mbaye continue de défrayer la chronique. L’enquête se poursuit et devrait permettre de démêler l’écheveau et situer les responsabilités. En attendant ses conclusions, tous les projecteurs sont braqués sur le chef de la brigade de recherches du poste de police des Parcelles Assainies de Thiès, Makha Diop alias “El Capo’’.

Qui, lui, reste serein. Puisqu’il s’est confié à ses proches et leur a fait part de son innocence dans cette affaire. «Je sais que vous suivez ce qui se passe. Dieu a fait que je n’étais même pas sur les lieux, au moment des faits. Je ne suis mêlé ni de près encore moins de loin à cette affaire. Je ne sais pas ce qui s’est passé. Dieu sait que je n’étais même pas sur les théâtres d’opération», leur a-t-il confié. Il souligne que, «le jour des faits, entre 20 h et 21 h, il a fait une patrouille dans son secteur de compétence et ils ont interpellé un jeune en possession de 500 g de chanvre indien.

Une fois au commissariat, le mis-en-cause a été écroué pour les délits de détention et trafic de chanvre indien. Après cela, il parait que ses proches avaient pris la décision de venir le faire libérer par la force, en s’attaquant au poste de police. Alors qu’ils tentaient de se regrouper, la victime a trébuché. Les Jakarta sont passés sur son corps, dit-on.D’autres soutiennent qu’il a reçu une grosse pierre. Voilà la version que nous avons reçue de la part des chauffeurs qui sont témoins des faits. A part cette information, j’en ne sais rien du tout. Je suis sur le même pied que vous, en termes d’information. Tout le reste, je n’en sais rien du tout. Dieu m’est témoin que je ne sais pas comment cela s’est passé»,
a-t-il tenté de rassurer ses proches.

D’ailleurs, pour confirmer la véracité de ses dires, il a ajouté : «Nous sommes au Sénégal. Vous savez très bien que tout policier qui ose frapper quelqu’un publiquement sera pris en photo ou enregistré. Donc, c’est impossible de le faire avec une pierre, sans que quelqu’un puisse immortaliser le moment. Le reste, vous le savez, l’affaire va faire le tour du monde via les réseaux sociaux. Mais personne ne vous montrera une vidéo ou une photo de ma présence sur les lieux. C’est impossible, car je n’étais pas sur place. Je ne connaissais pas la victime. C’est juste une intox qui est tombée sur ma tête. Dieu est grand. Je sens le soutien des collègues aussi dans cette période d’épreuve». D’après d’autres informations, depuis l’éclatement de cette affaire, El Capo ne cesse de faire l’objet de critiques de la part de certains camarades de promo qui ne comprennent plus ses attitudes. Toujours est-il que le policier fait, actuellement, profil bas et se tient à l’écart.

 

Nouveau commentaire :

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE | Antivirus, la chronique d'Abdoulaye Der | COVID-19