Keur Massar – Marième Faye Sall construit 10 morgues et offre des cercueils

SOCIETE
Mardi 6 Août 2019

La fondation Servir le Sénégal a construit 10 morgues dans la commune de Keur Massar. En effet, les quartiers de Médina Kell, Cité la Linguère, cité Mame Dior et 7 autres ont bénéficié par le biais du président du conseil d’appui et d’orientation des maitres coraniques Imam Moustapha Lo, d’un appui de 30 millions pour disposer de morgues modernes. La cérémonie d’inauguration a eu lieu Samedi à la cité pénitence de Keur Massar.

Des prières ardentes ont été formulées en faveur de la première dame. L’imam Moustapha Lo et nombre de ses collègues présents Samedi à la cité Pénitence l’ont fait. Et pour cause, elle a offert dix morgues modernes aux populations. Ces infrastructures ont coûté près de 30 millions et sont financées par la Fondation Servir le Sénégal. Connu pour implication dans le social et les actions de solidarité, le religieux a estimé que c’est lui qui a soumis le projet à la première dame du Sénégal qui l’a approuvé sans grande difficulté.

A l’en croire, « Dieu est soucieux de la dignité de l’être humain à telle enseigne qu’il soit vivant ou mort, l’homme doit garder toute cette dignité ». C’est donc pourquoi, l’islamologue indique que le geste est bien apprécié. D’après lui ces infrastructures construites à Keur Massar ne sont qu’une étape « Parce que nous avons l’ambition d’étendre le projets dans toutes les communes de Dakar » dit-il. Notons que lors de la cérémonie, des cercueils ont été aussi offerts à ces mosquées.

L’As
 

Nouveau commentaire :

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE | Antivirus, la chronique d'Abdoulaye Der | COVID-19