Le gouvernement intimide Wade

POLITIQUE
Vendredi 15 Février 2019

Le gouvernement intimide Wade
Me Abdoulaye Wade qui refuse est attendu sur le candidat qu’il doit de faire un choix parmi les soutenir, a insisté sur son appel au candidats en lice et qui se sabotage du scrutin. Le Secrétaire distingue par ses appels singuliers au général national du Pds appelle ses sabotage de la présidentielle de 2019, a fait réagir le gouvernement.

Par la voix du porte-parole, Seydou Guèye, le Pape du sopi qui ne lâche rien pour son fils, est prévenu des conséquences qui l’attendent en cas de mise à exécution de son plan d’action militants à s’en prendre aux bureaux de vote pour empêcher la tenue de l’élection.

Mais, pour Seydou Guèye dont la réplique ne s’est pas fait attendre, «le gouvernement rappelle solennellement que le Sénégal, État de droit, n’acceptera pas que ses lois et règlements soient bafoués». Dans le même communiqué, sans le nommer, le Gouvernement déclare qu’il condamne cette attitude permanente de «subversion, d’appel à la violence, à l’insurrection, de provocation et de défiance à l’encontre de la loi et des institutions de la République», entretenu par Me Abdoulaye Wade.

«Le gouvernement y fera face sans aucune faiblesse», a insisté M. Guèye qui poursuit : «Cette attitude de Wade qui n’est pas candidat à l’élection présidentielle ne sera pas tolérée par l’autorité» qui rappelle au passage «pendant la durée de la campagne électorale, seuls les candidats à l’élection présidentielle sont autorisés à
Pour son fils Karim Wade qui est resté à Doha, Me Abdoulaye Wade appelle les Sénégalais à des actions pour le sabotage du scrutin du 24 février prochain. Mais en face, l’ancien président se heurte à la détermination du gouvernement à ne pas le laisser faire. En réponse à sa menace, Seydou Guèye a laissé entendre que «l’État fera face sans faiblesse aucune».

Dans un communiqué qu’il a signé, le ministre-secrétaire général du gouvernement qui est aussi le porte- parole de l’Alliance pour la République (Apr), a fait savoir que Me Abdoulaye Wade ne sera pas laissé libre de mettre à exécution ses rassemblements en vue d’empêcher l’élection. Lors d’un comité directeur tenu à l’hôtel Terrou- bi, mercredi, le père de Karim Wade qui battre campagne». Toujours selon Seydou Guèye, qui entend rassurer l’opinion publique, «l’État a pris toutes les dispositions requises pour le bon déroulement des opérations électorales
le 24 février prochain...». Il dira aussi : «Ceux qui tenteront de perturber la libre expression du suffrage des Sénégalais seront punis conformément à la loi.»

Nouveau commentaire :

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE







LETTRE DU JOUR

Cheikh Yérim Seck écrit à Abdoulaye Wade

07/02/2019 - 0 Commentaire

Ousmane Sonko et le théorème de Pasqua (Par Abdoulaye Sidy Diop)

18/10/2018 - 6 Commentaires

Choix de Cheikh Mbacké Bara Dolly : Abdoulaye Wade a-t-il la mémoire courte ?

12/10/2018 - 0 Commentaire

ABC et la « loi de l’emmerdement maximal »

28/09/2018 - 0 Commentaire

Samuel Sarr écrit aux chefs d’Etat de la CEDEAO : «Ramenez le Président Macky SALL à la raison»

18/07/2018 - 0 Commentaire