Moins d'exposition aux écrans, plus d'intelligence pour l'enfant

EDUCATION
Samedi 29 Septembre 2018

Moins d'exposition aux écrans, plus d'intelligence pour l'enfant
Les enfants âgés de huit à 11 ans utilisant les écrans pendant moins de deux heures par jour ont obtenu des résultats meilleurs que ceux qui en faisaient un usage plus long, selon des tests d'aptitude mentale publiés par la revue "The Lancet Child & Adolescent Health".
Limiter à deux heures par jour le temps d'usage de l'écran de l'ordinateur, du téléphone ou de la tablette par les enfants et leur accorder neuf à 11 heures de sommeil par nuit permettent d'améliorer leurs aptitudes mentales, concluent les auteurs de l'étude publiée par cette revue dédiée à la recherche sur la santé des enfants et des adolescents.
Selon les chercheurs, il faut maintenant travailler à mieux comprendre les effets des différents types d'utilisation de l'écran : regarder la télévision, pratiquer les jeux vidéo ou utiliser les réseaux sociaux.
L'étude menée auprès de 4.500 enfants vivant aux Etats-Unis démontre que les enfants utilisant les écrans à des fins récréatives pendant moins de deux heures par jour, dormaient de neuf à 11 heures par nuit et faisaient au moins une heure d'activité physique étaient plus performants que ceux qui ne faisaient rien de tout cela.
 
 
L'usage de l'écran pendant moins de deux heures par jour est le plus déterminant de ces trois facteurs de bonnes performances mentales, selon les chercheurs.
 
"D'après nos résultats, les pédiatres, les parents, les éducateurs et les responsables des politiques publiques devraient encourager la limitation du temps de loisir avec usage des écrans et encourager les comportements de nature à favoriser le bon sommeil pendant l'enfance et l'adolescence", explique, en appui des conclusions de l'étude, le docteur Jeremy Walsh.
Ce médecin de l'Institut de recherche du CHEO, le centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario, au Canada, ajoute qu'il faut maintenant approfondir la recherche pour savoir s'il y a ou pas des rapports de cause à effet entre le temps passé par les enfants devant les écrans et leurs aptitudes mentales.
La recherche doit également être centrée sur les conséquences des différents types de projection, selon qu'il s'agit de la télévision, des jeux vidéo ou des réseaux sociaux, selon M. Walsh.
Il rappelle qu'il existe déjà des preuves selon lesquelles les enfants ont des avantages cognitifs à tirer des jeux vidéo et des programmes éducatifs télévisés.
En revanche, ajoute Jeremy Walsh, il a été démontré que l'usage des appareils mobiles et des réseaux sociaux peut nuire à l'attention, à la mémoire et au contrôle des impulsions.
Le docteur Kirsten Corder, chercheur à l'Université de Cambridge, qui n'a pas participé à l'étude, affirme que celle-ci s'ajoute aux preuves déjà établies entre le temps d'usage des écrans et le développement cognitif des enfants.
Selon elle, d'autres travaux scientifiques sont nécessaires pour mettre au point des méthodes plus précises d'évaluation détaillée des effets du temps passé devant les écrans.
"Il est à espérer que ces résultats stimuleront d'autres recherches à l'aide de techniques qui permettront aux chercheurs de savoir comment de multiples comportements peuvent interagir pour améliorer la cognition et la santé", ajoute Kirsten Corder.

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE