Souleymane Jules Diop sur le 3ème mandat: "je n'ai pas d'avis sur la question et je ne connaîs pas l'intention du président"

POLITIQUE
Dimanche 6 Décembre 2020

Le débat sur un troisième mandat du Président Macky Sall est aussi vain qu’inutile, selon Souleymane Jules Diop qui dit ne pas avoir d’avis sur la question.
Invité de Babacar Fall au Grand Jury, l’ancien journaliste invoque plusieurs « variables que personne ne maîtrise » pour expliquer sa déclaration.
 
« Il y trois considérations à prendre en compte, dans ce débat que l’on veut entretenir. La première, c’est l’intention du Président de la République. Je ne la connais pas, il ne me l’a pas communiquée et je ne suis pas entré dans sa tête pour savoir. La seconde, c’est ce que le droit en dit. Je ne suis pas spécialiste du Droit. Je constate simplement que les opposants qui s’étaient opposés à la nouvelle constitution soumise à référendum, en disant aux Sénégalais si vous votez oui, Macky Sall pourra faire deux autres mandats, ce sont les mêmes qui, aujourd’hui, disent qu’il ne peut pas le faire. Ils ont changé d’avis », affirme Souleymane Jules Diop.

Il affirme que Macky Sall n’a jamais interdit ce débat.  « Le Président Sall ne peut pas interdire un débat que les gens veulent entretenir. Mais après son élection, il a parlé à tous les ambitieux de son camp, pour leur dire voilà, je viens d’être réélu, je veux me concentrer dans le travail, je ne veux pas entendre parler de débat de succession. En tout cas pas dans mon gouvernement. C’est prématuré. Si maintenant des gens ont des ambitions ou sont pressés, ils peuvent faire ce que j’avais fait, partir et se préparer, je ne peux pas les empêcher de le faire. Certains ont voulu rester, en s’épiant et en se disant bon, je vais rassembler le maximum de ressources financières et humaines possibles, parce que l’autre est en train de le faire. Cela crée une ambiance pernicieuse qui n’est pas propice au travail», détaille M. Diop.
 
A ses yeux, au-delà, il y a un débat d’école sur la question de la non rétroactivité de la Loi et sur la question des dispositions transitoires.
 
« Je ne sais pas ce qu’il en est. On entendra le juge constitutionnel. Enfin, troisième élément donc, le peuple Sénégalais. Le Président Abdoulaye Wade nous avait soumis le même problème, le Conseil constitutionnel a dit le droit, nous avons accepté, nous sommes allés aux élections, et le peuple sénégalais a tranché finalement », ajoute le représentant du Sénégal à l’Unesco.
 
Souleymane Jules Diop indique que « le monde change tellement vite, les choses évoluent tellement vite, que finalement, personne ne sait, ne maîtrise ce qu’il adviendra demain ».
 
« Personne ne sait et donc il est risqué de faire un pari sur l’avenir. Attendons. », conclut le diplomate en poste à l’Unesco.






 

Nouveau commentaire :

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE | Antivirus, la chronique d'Abdoulaye Der | COVID-19