Vérification des parrainages : la société civile dénonce les manquements du Conseil constitutionnel

POLITIQUE
Lundi 7 Janvier 2019

Vérification des parrainages : la société civile dénonce les manquements du Conseil constitutionnel
Le groupe des sept (7) observateurs de la Société civile au niveau du Conseil constitutionnel a décelé pas moins de cinq "limites" lors des opérations de vérification des parrainages par les juges du Conseil constitutionnel. Face à la presse, ce lundi matin, dans un hôtel de la place, Moundiaye Cissé & Cie ont d'abord dénoncé la réglementation de l'ordre de passage, une situation qui, regrettent-ils, a donné lieu à des bousculades et violences au moment des dépôts.

Ils ont également déploré "l'absence de référentiel précis disponible pour tous les candidats pour éviter les erreurs matérielles, l'absence d'informations sur le logiciel de traitement des données utilisées (quel logiciel, comment a-t-il été paramétré, etc.)".
Ce n'est pas tout. Car, d'après toujours le Professeur Babacar Gueye et ses camarades, il y a aussi "le manque d'informations détaillées pour les candidats sur les motifs des rejets autres que les doublons", mais également "la quasi inutilité des fiches de parrainages lors des opérations de contrôle et de vérification".

Le Groupe des sept observateurs a, par ailleurs livré un certain nombre de "recommandations". Parmi lesquelles, les conférenciers ont invité le ministère de l'Intérieur à "envisager un système de parrainage alternatif par des députés, des élus locaux ou des électeurs tel que préconisé par la société civile dans sa médiation entreprise lors des concertations sur le processus électoral".
Face aux journalistes, la société civile a aussi conseillé de revoir le mode de traitement des données en réduisant au minimum le nombre de champs à vérifier. "Cela limiterait les marges d'erreurs lors de la collecte des parrainages et de la saisie des données contenues dans les fiches de parrainages", disent-ils.
Les membres de la société civile ont cependant salué le fait que les opérations de dépôt, de contrôle, de traitement ainsi que de l'édition du procès se soient faites en présence du candidat ou de son mandataire et des observateurs de la société civile. "Le candidat ou son mandataire a eu le droit, à chaque étape du processus, de poser des questions sur les opérations, et des réponses lui ont été toujours données", se sont-ils réjouis informant que "tous les candidats ont été traités de la même manière dans la salle où se déroulaient les opérations".
 

Nouveau commentaire :

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | LE REGARD DE DIAMANKA | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE | PAROLE DE CAMPAGNE | PARLONS DE L'ESSENTIEL | VU D'AILLEURS | PHRASE DU JOUR | COULISSE DE CAMPAGNE







PAROLE DE CAMPAGNE

Kaffrine: Macky Sall annonce 4 initiatives pour les jeunes du Sénégal

15/02/2019

Sonko compte faire de la Casamance un véritable hub commercial et financier

13/02/2019

Macky Sall à Goudomp: «Nous avons plus de 7000 milliards de FCfa pour construire le Sénégal»

13/02/2019

A Sédhiou, Idrissa Seck mise sur les Pme pour le développement des régions

13/02/2019

Tambacounda : Macky Sall s'engage à rendre prioritaire la réhabilitation du chemin de fer reliant Dakar à Bamako

08/02/2019