"Yahya Jammeh m'a violée en 2015"

INTERNATIONAL
Jeudi 27 Juin 2019

Ces femmes disent avoir été violées et agressées sexuellement par l'ancien président Yahya Jammeh entre 2013 et 2015, selon une enquête de Human Rights Watch et Trial International. L'une de ces femmes qui a accepté pour la première fois de parler publiquement, dit espérer que son témoignage pourrait aider à relancer le débat sur les viols et les agressions sexuelles dans son pays.

La jeune femme de 23 ans qui a accepté de témoigner s'appelle Toufah Jallow. Elle a fui la Gambie il y a 4 ans. De passage à Dakar où elle s'est confiée à la BBC, elle a expliqué qu'elle avait essayé en vain de cacher son histoire, "de faire comme si cela n'était jamais arrivé".

"En fait je n'y arrivais pas, donc j'ai décidé d'en parler parce qu'il est temps d'en parler pour être sûre que Yayha Jammeh va entendre ce qu'il a fait" a-t-elle expliqué.

A l'âge de 18 ans, Toufah est vainqueur d'un concours de beauté organisé par le gouvernement . C'est à cette occasion qu'elle a rencontré Yayha Jammeh pour la première fois a-t-elle dit. Elle a raconté que dans les mois qui avaient suivi, le président agissait envers elle comme un père, lui offrant des conseils, de l'argent et des cadeaux jusqu'au jour où, dit-elle, il l'a demandée en mariage. Elle a refusé, a-t-elle poursuivi.

Toufah a affirmé qu'elle avait ensuite été invitée à une cérémonie religieuse à la présidence, mais en arrivant sur les lieux, elle avait été conduite à la résidence privée de Jammeh.

"Ses yeux etaient remplis de vengeance, il était tout rouge et il m'a demandé pour qui je me prenais" a expliqué Toufah Jallow.

"Je lui ai demandé ce qui se passait... il m'a attrapé la main et m'a tirée vers une autre pièce; c'est là que j'ai compris ce qui se passait" a raconté la présumée victime.

"Il a mis ses organes génitaux sur mon visage, il m'a poussée à terre sur mes genoux, il a relevé ma robe et là il m'a sodomisé" a-t-elle expliqué, non sans préciser qu'elle criait de toutes ses forces. La jeune gambienne a ajouté que son bourreau lui avait injecté quelque chose dans son bras et qu'elle se débattait.

"Je pense qu'à travers tout ce temps, ma plus grande honte vient du fait qu'à partir d'un moment j'ai arrêté de me débattre" a-t-elle conclu.

Quelques jours après, de peur que cet incident se reproduise, Toufah s'est enfuie au Sénégal où elle a recherché l'aide des organisations de défense de droits de l'Homme qui lui ont accordé le statut de personne sous protection et l'ont aidée à s'envoler au Canada où elle vit depuis.

La BBC a tenté en vain de prendre contact avec Yahya Jammeh en exil en Guinée Equatoriale. Elle a en revanche contacté le vice-président de son parti, l'APRC, et il a déclaré : "Jammeh est un leader respectable, pieux, craignant Dieu, qui n'a que du respect pour nos femmes gambiennes".

Pour Toufah Jallow, le vice-président de l'APRC ou la plupart des personnes qui suivaient l'ex-président ne savaient rien de ce que Yahya Jammeh faisait dans sa vie privée. Elle a affirmé qu'elle aimerait qu'il sache qu'elle existe, qu'elle est là et reprends le contrôle de cette histoire, avec sa vérité à elle.

"J'espère qu'il aura le courage d'y répondre, d'y faire face, ou même d'être a nouveau dans une pièce avec moi mais cette fois dans une cour de justice" a-t-elle précisé.
 

Toufah a aussi affirmé qu'elle espérait créer une atmosphère où les femmes se sentiraient plus libres de parler de viols et d'agressions sexuelles.

"C'est quelque chose qui se fait progressivement, dit-elle, notant que "quand la conversation devient plus globale, quand de plus en plus de femmes se joignent a la conversation, elles se sentent plus libres et plus en sécurité pour en parler, plutôt que de rester seules dans leur bulle."

En Gambie, l'actuel gouvernement a créé une commission pour documenter les violations des droits de l'Homme commises durant les 22 ans au pouvoir de Jammeh. Cette commission a déclaré à la BBC qu'elle était au courant des allégations de violences sexuelles impliquant l'ex-président et que les enquêtes étaient en cours. Elle prévoit de rendre sa copie d'ici la fin de l'année.

Cela pourrait prendre des années avant que Toufah Jallow puisse voir Jammeh devant une cour de justice. L'actuel président Adama Barrow dit attendre le rapport final de la commission avant toute éventuelle demande d'extradition de Yahya Jammeh de la Guinée Equatoriale.



1.Posté par dossou dahvaudou le 19/02/2020 11:11
Bonjour, je suis Louis ADOLPHE de Toulouse et j'ai 39 ans, si mes écrits vous parviennent sachez qu'il existe encore de vrai Maître marabout en Afrique. Ma femme étant partie depuis bientôt 1 ans 6 mois avec nos deux enfants, je me suis posé la question à savoir si es nécessaire de prendre ou pas contact avec un marabout qui pratique la magie pour la faire revenir . Et puis au bout de deux semaines de réflexion je me suis enfin résolu à contacter Mr voyant DOSSOU sur sa page internet que j'ai découvert sur un site, pour savoir s'il pouvait faire quelque chose pour moi pour que ma femme revienne à moi. Maître DOSSOU m'a beaucoup aidé en me conseillant à tenir jusqu'à ce qu'elle revienne enfin grâce à ses rituels de retour de l’être aimé. Je ne pourrai jamais assez le remercier alors je témoigne ici pour que vous n'hésitiez pas vous aussi, même si vous êtes septiques, et que vous n'y croyez pas je vous le dis: qui ne tente rien n'a rien et pour moi ça a marché ! MERCI maître marabout DOSSOU
CONTACTE DU MAÎTRE DOSSOU
E-mail: dahvaudounon@live.fr
Tel/ Whatsapp: +229 68 60 11 72
Site web: https://www.medium-voyant-retour-affectif.com/

Nouveau commentaire :

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE | Antivirus, la chronique d'Abdoulaye Der | COVID-19