google.com, pub-1148023042834496, DIRECT, f08c47fec0942fa0









Barbarie et populisme religieux

VU SUR FACEBOOK
Jeudi 28 Novembre 2019

Barbarie et populisme religieux
« Ce jour-là, Thierno l’avait encore battu. Cependant, Samba Diallo savait son verset...» Qui ne se rappelle ces célèbres phrases tirées de « L’Aventure ambiguë », l’impérissable chef-d’œuvre de Cheikh Hamidou Kane, décrivant les sévices -il n’y a pas d’autre mot-exercés par Thierno sur son talibé le plus prometteur, simplement parce que « sa langue lui avait fourché » ? Si le roman de Kane a ému des générations de lecteurs, c’est qu’il avait su toucher du doigt, avec une grande justesse, entre autres thématiques, un problème fondamental de notre société : notre rapport à la religion et à un certain type d’éducation qui font écho à l’affaire des jeunes talibés enchaînés comme des forçats par leur maître coranique. Un homme qui, pour sans doute remettre les plus récalcitrants de ses élèves sur le droit chemin, (Sirat al mustaqim) a usé d’une méthode particulièrement barbare qui a révulsé une bonne partie de l’opinion publique.
 
Mais chose curieuse, au nom de la défense de «l’islam en péril », des zélotes ont tenté de justifier l’inqualifiable acte du Serigne Daara. Sur les réseaux sociaux, dans les médias, dans les discussions de salon, on note la montée d’un populisme religieux de la part de Torquemada tropicaux, qui usent d’invectives et d’insultes grossières pour tenter d’intimider, à coups de fatwas, tous ceux qui ne pensent pas comme eux. Il se trouve que je suis originaire d’une contrée où l’islam a droit de cité depuis le 11e siècle. Mon propre père est un pur produit des « foyers ardents » comme tout jeune foutanke de l’époque. Pourtant, c’est avec un grand soulagement qu’il a fréquenté l’école de Matam, quand l’occasion lui en a été donné. Il était tellement traumatisé par l’éducation prodiguée par son maître, qui se trouvait être son propre oncle, qu’il nous a racontés une anecdote qui en dit long sur les misères endurées par les petits talibés : un jour que cet oncle était parti en voyage à Kaolack, lui et ses amis avaient formé un cercle et psalmodié des incantations, priant de toutes leurs petites forces que celui-ci ne revienne pas au village.
 
Coïncidence ou pas, le thierno tortionnaire ne remit effectivement jamais plus les pieds dans son bled. Pourtant, malgré ce passé douloureux, mon père, tout Directeur d’école qu’il fut par la suite, jusqu’à sa disparition, tint à ce que tous ses enfants aient une éducation religieuse correcte. Mais, en veillant scrupuleusement à ce qu’ils ne subissent jamais les mêmes affres que lui dans son apprentissage du Coran. Que ce soit chez les Serigne Daara, les curés, les moines tibétains ou les Adventistes du Septième jour, toutes les religions sécrètent des saints et des salopards. On peut être un excellent exégète de la Bible et être un trousseur de nonnes, tout comme on peut-être un hafiz du Coran et avoir des penchants pédophiles. La religion est une affaire de mesure et de discernement. Et, de toute façon, Dieu reconnaîtra toujours les siens...

Barka Ba
 


1.Posté par S'en lg le 29/11/2019 08:23 (depuis mobile)
Révisez vos temps grammaticaux! C'est pénible de vous lire!

Nouveau commentaire :

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE