Le football local doit être le principal bénéficiaire des retombées de la qualification du Sénégal à la Coupe du monde 2018

COUP DE COEUR
Vendredi 17 Novembre 2017

Le football local doit être le principal bénéficiaire des retombées de la qualification du Sénégal à la Coupe du monde 2018
Le football local doit être le principal bénéficiaire des retombées de la qualification du Sénégal à la Coupe du monde 2018, estime le premier vice-président de la Fédération sénégalaise de football (FSF), Saer Seck, dans un entretien avec l’APS. Par ailleurs, le vice-président de la FSF, a dit toute sa "fierté" et sa "joie". «Les ressources financières attendues de la qualification au Mondial doivent aller en priorité au football local", a affirme Seck, qui dirige la Ligue sénégalaise de football professionnel (LSFP). Ces ressources "doivent aider à une meilleure stabilité des compétitions, pour que le football local puisse se bonifier", a ajouté le président de la LSFP, se réjouissant de constater que 80 % des joueurs de la sélection nationale qualifiée à la Coupe du monde 2018 sont passés par les championnats locaux. "Cela veut dire que ce qui est en train d’être fait est bien. Cela veut dire aussi qu’en continuant de travailler à la régularité des compétitions et de la mise en place des infrastructures, le football local (…) ne pourra que se bonifier", a poursuivi Seck. "Avec l’apport des enfants de la diaspora, le Sénégal, qui dispose d’un potentiel local bonifié par les clubs et les centres de formation, il y a de quoi inscrire le football national dans la performance", a-t-il ajouté, se réjouissant de la qualification du Sénégal au Mondial 2018. Après sa qualification obtenue vendredi dernier grâce à sa victoire (2-0) sur l’Afrique du Sud, le Sénégal a réussi le pari de terminer les éliminatoires de belle manière, en battant la même équipe (2-1), mardi, à Dakar. Les Lions du Sénégal ont pris la première place de la poule D des éliminatoires de la zone Afrique de la Fifa, avec 14 points. Ils sont suivis des Etalons du Burkina Faso (9 points), puis du Cap-Vert (6 points). L’Afrique du Sud (4 points) a pris la dernière place. "JE SUIS FIER ET COMBLÉ" Le président de l’institut Diambars, Saer Seck, a dit toute sa "fierté" et sa "joie" après la qualification du Sénégal à la Coupe du monde 2018, la 2-ème dans l’histoire de son football. "En 2002, la sélection nationale s’était largement appuyée sur le centre Aldo Gentina, pour 2018, il y a Diambars mais aussi Génération Foot", a rappelé l’initiateur de l’institut en 2003. Pour sa participation au Mondial 2002, le Sénégal s’était fortement appuyé sur le centre Aldo Gentina de l’ancien président de la Fédération sénégalaise de football (FSF), El Hadj Malick Sy dit Souris avec Souleymane Camara, Amdy Faye, Tony Sylva et Salif Diao. "Nous avons perçu tout le bénéfice que le football national peut tirer de l’érection de ces centres de formation et académies de football", a indiqué le président Seck qui est par ailleurs, président de la Ligue sénégalaise de football professionnel (LSFP). "Avec Diambars, Génération Foot, Dakar Sacré Cœur et beaucoup d’autres académies, les jeunes footballeurs sénégalais peuvent bénéficier de structures, de cadres et de formateurs rompus à la tâche et capables de les tirer vers le haut", a-t-il dit, relevant que les premiers résultats ont été perçus avec les CAN de petites catégories et aussi la participation aux Jeux olympiques 2012. "Avec des championnats réguliers et l’apport des enfants de la diaspora, le Sénégal dispose d’un potentiel pour s’inscrire durablement parmi les grandes nations du football africain et mondial", a dit le président Saer Seck, très heureux après le dénouement du match de mardi contre l’Afrique du Sud. Le Sénégal a gagné à la dernière minute du temps additionnel après un coup de tête de l’ancien défenseur de Diambars, Kara Mbodj. Dans la sélection présente dans les deux matchs éliminatoires contre l’Afrique du Sud (2-0 et 2-1), il y a cinq anciens de Diambars à savoir Kara Mbodj mais aussi Idrissa Gana Guèye, Pape Alioune Ndiaye, Saliou Ciss mais aussi Adama Mbengue qui a rejoint en juin dernier le SM Caen (France). Et l’autre grande satisfaction, poursuit Saer Seck, au moins de 80 pour cent du groupe de performance, a évolué dans les championnats locaux.

Nouveau commentaire :

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE | Antivirus, la chronique d'Abdoulaye Der | COVID-19