Portrait : Ismaïla Madior Fall ou le caudataire bouffon du Prince

PORTRAIT
Vendredi 20 Avril 2018

L’universitaire et juriste de renom est devenu la cible de l’opposition pour son soutien indéfectible à tous les projets de loi du chef de l’Etat. A toutes ses initiatives, même les plus discutables. Il est considéré aujourd’hui comme le «fedayin» utilisé pour faire rempiler par tous les moyens le président de la République. Quitte à ce que le pays brûle. Portrait d’un homme hier crédible et adulé par ses étudiants, aujourd’hui voué aux gémonies. (Le Témoin)


Portrait : Ismaïla Madior Fall ou le caudataire bouffon du Prince
Depuis que la proposition de loi sur le parrainage a été conçue, le ministre de la Justice et Garde des sceaux est devenu la cible de l’opposition mais aussi de plusieurs franges de l’opinion nationale. Constitutionnaliste de renom, Ismaïla Madior est crédité d’une grande confiance de ses pairs en sa qualité de juriste aguerri et très respecté en Afrique. Les traits raffinés, calme, lunettes d’intello bien vissées sur le nez, cheveux bien soignés, plus de 50 ans au compteur, le professeur agrégé de Droit est l’un des juristes les plus adulés de l’Université cheikh Anta Diop de Dakar. Il est particulièrement respecté par ses étudiants qui lui vouent une grande admiration. C’est peu dire que la plupart d’entre eux sont sous le charme de ce monsieur distingué qui se maintient. Ses cours, il les distille avec une certaine aisance et avec élégance.

«Il maitrise le droit. Ses cours sont très courus par les étudiants en quête de savoir qui prennent d’assaut les amphis où il les dispense. Il faut d’ailleurs se lever tôt pour trouver une place. Ce qui fait que souvent les amphis débordent jusqu’aux portes qui sont assaillies par les étudiants pendant que certains sont assis à même le sol. C’est aussi un professeur qui entretient une certaine complicité avec ses étudiants. Je me rappelle qu’en 2007, si je ne me trompe, il nous avait remis son email. Il recevait tous types de messages. Les filles en rigolaient. Et pour être clair avec ces dernières, il a été obligé de leur dire que c’était pour les aider au cas où elles ne comprenaient pas certaines subtilités du Droit », confie un ancien étudiant du professeur. Le professeur agrégé de Droit constitutionnel est bien connu en Afrique où il est sollicité de partout sur le continent noir pour la rédaction de textes constitutionnels.

Intellectuel machiavélique, piètre politicien

S’il fait l’unanimité du point de vue de ses connaissances universitaires, s’agissant de son entrée en politique et son engagement auprès du président Macky Sall, les avis sont divers. «Je pense qu’il aurait dû éviter d’entrer dans la mare politique et continuer à enseigner le Droit. Il aurait dû se suffire de son salaire de professeur de rang magistral, des honoraires qu’il gagne à travers ses consultances et autres. Je ne sais pas ce que le président Sall peut lui donner et qu’il n’avait pas déjà à part lui attirer des ennuis et l’antipathie des Sénégalais avec ces propositions de loi politiciennes pour maintenir quelqu’un au pouvoir », se désole un quadra qui connaît bien l’homme.

Depuis qu’il a été nommé ministre de la Justice et a pris la carte de la formation au pouvoir, Ismaïla Madior Fall multiplie les sorties pour justifier tout et son contraire, y compris l’injustifiable. Il revêt une robe d’avocat pour défendre toutes les actions juridico-politiques du chef de l’Etat comme ce fut le cas avec la levée de l’immunité parlementaire de l’édile de Dakar Khalifa Ababacar Sall, aujourd’hui condamné à cinq ans de prison et une amende de 5 millions à verser au trésor public. Ce après avoir théorisé, en tant que conseiller juridique du Président, l’impossibilité pour ce dernier de réduire la durée de son mandat présidentiel comme il en avait fait la promesse !

Autre fait d’arme du juriste, le système de parrainage qui fait débat actuellement et risque même de brûler le pays. Une loi sur le parrainage dont il a non seulement été l’un des concepteurs mais aussi un des plus zélés avocats. Surtout les fronts, le successeur de l’avocat professionnel Sidiki Kaba est devenu l’un des plus grands défenseurs du président de la République. Son voisin rufisquois, l’avocat Pape Kanté, parle de l’intellectuel qu’il a connu. «Disons que je connais bien sa famille. On a grandi dans le même quartier à Rufisque et fréquenté le même lycée. J’étais son cadet mais on avait l’habitude de grandes discussions le soir devant chez lui où on avait pris nos quartiers sur les fondations d’une maison en construction. Notre groupe s’appelait «wa fondement». Il était sérieux, respectueux et aimait les discussions intellectuelles», confie la robe noire. L’universitaire entré en politique est-il controversé ?
 
L’avocat répond que l’intéressé ne peut l’ignorer et le sait. Un homme politique sous anonymat soutient qu’il ressent du mépris pour cet homme qui devrait, selon lui, défendre les sénégalais face à ce qu’il appelle une dictature rampante. «Montesquieu l’avait dit et c’est une réalité. Lui-même, Madior enseigne probablement à ses étudiants que le pouvoir rend fou et le pouvoir absolu rend absolument fou. Il est devenu fou depuis qu’il a commencé à goûter aux délices du pouvoir.

Ce n’est rien d’autre que ça ! C’est dommage pour notre pays d’avoir des intellectuels aussi malhonnêtes. Madior a une maitrise parfaite de tout ce qui relève des textes de la Constitution. Hélas, voilà un homme connu et respecté qui est en train de se décrédibiliser à cause de l’argent. C’est vraiment dommage. Si j’étais à sa place (Ndlr : un universitaire de son rang), je n’aurais jamais accepté un poste de ministre. Sa place c’est dans les amphithéâtres puisqu’il ne peut pas être impartial. Macky tient aujourd’hui son juriste à tout faire. Il est devenu méconnaissable notre intellectuel», charge l’opposant.

Plus sévère encore, l’analyste politique Serigne Saliou Guèye estime que «Ismaïla Madior, c’est l’homme des paradoxes et des reniements. Tout ce qu’il défend aujourd’hui, il le reniera sans gêne demain. Il avait trouvé la réduction du mandat présidentiel de 7 à 5 ans comme une réforme consolidante avant de prendre, presque deux ans après, le contrepied de ses propres propos». Le journaliste étaye ses propos en donnant des exemples de reniements du Pr ismaïla Madior Fall.

En effet, dans le journal «Le Quotidien» du 11 octobre 2014, sa position sur la réduction du mandat en question ne souffrait d’aucune ambiguïté. Voici ce que disait le nouveau spadassin du président Macky Sall : «Aujourd’hui, si on dit qu’on va réduire le mandat du président de la République de 7 à 5 ans, à mon avis, c’est une innovation intéressante. Lorsqu’on dit qu’on va limiter les mandats à deux et faire en sorte que cette disposition ne puisse plus être révisée, c’est aussi une disposition intéressante et qui va définitivement régler cette question qui a toujours agité le système constitutionnel sénégalais…»

Pourtant, rappelle Serigne Saliou Guèye, quelques mois plus tard, le même Pr Fall a été le premier à soutenir que cette réduction était impossible en usant de tous les artifices et arguties juridiques ! De là à traiter le professeur de Droit de caméléon ou de girouette qui tourne au gré du vent ! «Il avait soutenu que le conseil constitutionnel ne rend pas d’avis mais des décisions, pourtant dans son ouvrage publié en 2007, il y donne à la page 94, chapitre II, un cours magistral sur «l’avis du conseil constitutionnel qui ne lie pas le président de la République».

Et c’est ce même Madior qui a osé dire le contraire quand le Prince tenait, ravalant ses vomissures, a voulu coûte que coûte effectuer un septennat. A cela s’ajoutent les travaux de l’ouvrage publié en 2009 «les décisions et avis du conseil constitutionnel» qu’il a dirigés. Pour finir, le journaliste ironise sur la personne de ce brillant intellectuel au service du président Macky Sall. «Enfin la personne de Madior, missi dominici de Macky, renvoie à l’effrayant et cynique personnage de Rassi du roman de Stendhal, La Chartreuse de Parme. Rassi, caricatural ministre de la Justice, est prêt à donner force de loi aux caprices délictueux du Prince de Parme».

Tireur d’élite de Macky Sall

Poussant le zèle, pour ne pas dire le griotisme, plus loin, le professeur Ismaïla Madior Fall n’hésite plus à s’attaquer à n’importe quelle personnalité qui critique les propositions de lois de son patron. Son collègue universitaire Abdoulaye Bathily en a fait les frais. « Personne ne peut remettre en cause le principe démocratique du parrainage », lui a-t-il rétorqué. Macky Sall bénéficierait-il de l’infaillibilité papale ? A en croire Ismaïla Madior Fall, cela ne fait l’ombre d’aucun doute ! Sur une probable 23 juin par rapport à cette loi controversée, il botte en touche toute idée de soulèvement populaire. A en croire l’obséquieux ministre, le système du parrainage est une « excellente » (mais oui, voyons !) chose pour la rationalisation des partis politiques.

«Le 23 juin, la loi qu’on voulait proposer était anti-démocratique parce qu’elle remettait en cause le mode d’élection du président de la République en permettant à un Sénégalais qui a 26 % d’être président de la République. Le parrainage, c’est la modalité de présentation des candidats. Le mode d’élection ne concerne pas le parrainage,ou l’inverse, le parrainage ne concerne pas le mode d’élection», rassure le Pr de Droit. A en croire l’éminent constitutionnaliste du palais, le parrainage a toujours existé au Sénégal.

Il s’autorise donc à recadrer son collègue universitaire, le Pr. Bathily, coupable d’avoir déserté la majorité présidentielle pour prendre le maquis. «J’aurais compris que le Pr. Bathily dise : «le parrainage pose problème au regard de tel point, tel point, tel point. Ce genre de proclamation, relève de l’infantilisme politique… C’est de l’idéologie. On est dans l’opinion subjective… Il faudrait dire en quoi c’est anti-démocratique», a répondu Madior à la déclaration de l’ancien secrétaire général de la Ligue Démocratique (LD). Avant de souligner péremptoire que la déclaration du Pr. Bathily ne repose sur rien… Bien oui, puisqu’elle critique Macky Sall !

A l’Assemblée nationale, lors du passage du Gouvernement face aux députés, M. Fall a été très en verve sur le parrainage. Comme à l’amphithéâtre, il fait un rappel. «La plupart des grandes démocraties dans le monde pratiquent le système du parrainage. Cela veut dire que quand on doit se présenter à une élection notamment à celle de la présidentielle, il y a toujours un système de parrainage. Il peut s’agir du parrainage par les élus, c’est le cas qu’on a en France pour être candidat à la présidentielle, il faut être parrainé par 500 élus. Ou du parrainage citoyen. Cela veut dire que ce sont les citoyens qui parrainent votre candidature.

C’est la règle dans la quasi-totalité des démocraties. Prenons le cas des pays comme la Roumanie et la Pologne où nous avons ce type de parrainage citoyen», déclare-t-il. Bien entendu, sa belle démonstration a été accueillie par une salve d’applaudissements de la majorité mécanique des députés du pouvoir. Galvanisé, le néo-apériste réajuste ses lunettes et refait face à ses nouveaux «élèves» pour entrer dans le vif du sujet en rappelant que le parrainage n’est pas nouveau dans la constitution sénégalaise.

L’opposition n’a jamais cessé de lui rappeler qu’il n’est pas devant ses étudiants pour les éblouir mais, plutôt, devant le peuple sénégalais. Depuis son entrée au gouvernement, Madior ne fait plus l’unanimité. Ses déclarations, jadis saluées par leur pertinence, sont aujourd’hui classées dans le registre des fadaises que débitent les politiciens professionnels. Une consécration peut bien cacher une déchéance intellectuelle. …

Lorsque Madior se renie

Retour sur le temps pour saisir la décrépitude de la pensée du brillant professeur. Visez donc ce post de l’ancien ministre de la culture du président Wade, Amadou Tidiane Wone dit Baba : «Voici ce que le Professeur en Droit constitutionnel d’avant, Ismaila Madior Fall, disait lors de sa présentation sur “ «les textes constitutionnels du Sénégal de 1959 à 2007» : la constitution est-elle une loi fondamentale ou un texte manipulable ? À cette question il répondait : «Cette interrogation trouve toute sa signification dans les régimes politiques africains. La Constitution est, à l’épreuve de sa dynamique, manipulée au gré des gouvernants du moment, en particulier du président de la République dont les ressources institutionnelles et politiques sont telles qu’il peut transformer la Constitution en instrument de légitimation de sa politique. Il peut ainsi orienter le sens d’une règle constitutionnelle ou contourner les obstacles dressés par le constituant pour sécuriser les principes, mécanismes et règles inscrits dans la charte fondamentale.»

Cela vous rappelle un certain Macky Sall intelligemment conseillé par un certain constitutionnaliste ? Attendez, ne dansez pas plus vite que la musique ! Le Pr Ismaïla Madior Fall avait ajouté ceci : “La Constitution est l’expression directe de la volonté du peuple. L’onction populaire par le biais du référendum est dès lors à la base de toute Constitution démocratique. Force est de constater que le référendum qui devrait être la procédure de droit commun d’approbation ou de révision des constitutions est apparu, à l’épreuve de la pratique, comme un procédé tout à fait exceptionnel confirmant ainsi la règle. “

Sa conclusion mérite le détour : “De même, les révisions constitutionnelles les plus importantes furent l’œuvre d’une Assemblée nationale entièrement contrôlée par le parti du président de la République qui, disposant d’une majorité qualifiée ratifiant, sans état d’âme, ses initiatives constitutionnelles, finit par instrumentaliser l’organe investi du pouvoir constituant dérivé. C’est ainsi qu’on assiste à une valse périodique d’institutions supprimées par la voie référendaire mais réintroduites dans le dispositif constitutionnel par la voie institutionnelle à travers une Assemblée nationale dominée par une majorité parlementaire qualifiée de mécanique au service du parti au pouvoir.”

Toue ressemblance avec un chef d’Etat africain en exercice est, bien entendu, purement fortuite. Et pour terminer avec les bizarreries du prof l’ancien ministre de la culture de Wade interpelle l’avocat défenseur du parrainage en ces termes : «que pense aujourd’hui le Professeur Ismaila Madior Fall du ministre de la Justice Ismaila Madior Fall, tailleur constitutionnel du Président Macky Sall ? Les conditions d’adoption de la loi sur le parrainage ne violent-elles pas la constitution ?» A n’en point douter, le monde est assurément petit. Mais heureusement que le vent, lui, ne cesse de tourner. Au grand bonheur des girouettes qui, comme le Pr Ismaïla Madior Fall, fluctuent au gré de sa direction !

Samba Diamanka

 


1.Posté par fade le 29/04/2018 17:37

Retour affectif Résultat en 3 jours garantis sans fin. Spécialiste du retour rapide de l'être aimé. Si vous , voulez vous faire aimer ou si votre ami vous a quitté je peux le ou la faire revenir dans 3 jours . Il , elle va courir derrière vous comme un chien derrière son maître . amour durable. chance au jeux, désenvoûtement , fidélité maladie inconnue, même cas désespérés. Pas de fausses promesses , travail efficace et rapide.100% de réussite garanti. Ne restez pas dans l'angoisse, pas de problème sans solution. Est réputé pour trouver une solution à tous vos problème qui vous empêchent de dormir, même les cas désespérésJe dispose des dons et de milliers de pouvoirs et techniques magiques terrible pour vous aider dans tous les domaines de la vie en vous apportant une solution à tous vos problèmes:séparation d'Argent, Amour, Chance, Richesse, Justice, Anti balle, gloire, vente, achat, commerce, affection, promotion sociale, désenvoutement, amour, voyage, sortilège, Examen, Etudes etc...Je suis également spécialisé dans la médecine traditionnelle et guérit toutes sortes de maladie et maladie incurable par la médecine. Je fais aussi le pacte avec le diable qui vous permettra davoir tout ce que vous voulez sur cette terre tel: +229 61 82 42 84:Email:maitrefade@hotmail.com Tel/whatsapp: +229 61 82 42 84 tel/viber:+229 61 82 42 84
https://maitrefade.wixsite.com/retour-affection

Nouveau commentaire :

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | LE REGARD DE DIAMANKA | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE | PAROLE DE CAMPAGNE | PARLONS DE L'ESSENTIEL | VU D'AILLEURS | PHRASE DU JOUR