Accident de Kaffrine : ce que les victimes doivent faire pour être indemnisées

SOCIETE
Mardi 10 Janvier 2023

Accident de Kaffrine : ce que les victimes doivent faire pour être indemnisées

Quelle est la procédure à suivre par les blessés et les familles des personnes décédées dans le drame de Sikilo pour bénéficier d’une indemnisation ? Un expert en assurance répond.

L’accident de Sikilo (Kaffrine) a fait 39 morts et 101 blessés. Les deux véhicules entrés en collision sont devenus un tas de ferraille. Les victimes de dommages corporels et matériels ont droit à une indemnisation de la part des sociétés d’assurance des véhicules en cause. Dans un entretien paru ce mardi dans L’Observateur, Momar Seck, vice-président de l’Association des assureurs du Sénégal indique la procédure à suivre pour profiter des réparations prévues par la loi.

Ce dernier a révélé que leur association a mis en place «une cellule de crise pour informer les familles des victimes de l’accident de Kaffrine sur les procédures à suivre pour avoir une indemnisation correcte et rapide». Cette initiative constitue un précieux appui pour les blessés et les familles des victimes. Les procédures étant complexes.

Dommages corporels

«(Pour les dommages corporels) Les familles doivent disposer du procès-verbal dressé par la gendarmerie, informe Momar Seck. Celle-ci va entendre les blessés ainsi que les familles des personnes décédées. Les compagnies d’assurance impliquées dans l’accident vont ouvrir un dossier Sinistre et commencer l’instruction.»    

Le président de l’Associations des assureurs du Sénégal poursuit : «Les familles des victimes décédées vont amener leurs pièces qui montrent leur lien de rattachement avec la personne décédées. Ces personnes ont droit à une indemnisation en fonction des revenus de la victime. Et le plus fort taux va généralement aux enfants mineurs à charge, ensuite au conjoint ou à la conjointe.»

Pour les blessés, il y a deux étapes. Celle des soins, juste après l’accident, et celle de la réparation du préjudice. «La loi dit que la compagnie donne des lettres de garantie dans les hôpitaux pour qu’ils soient soignés, indique l’expert. Si la victime a déjà payé les frais médicaux, l’assureur va rembourser. Et à la fin des soins, nous les orientons vers un médecin expert qui va déterminer les chefs de préjudice.»      

Ceux-ci sont de quatre ordre : l’Incapacité permanente partiel, le pretium doloris, le préjudice esthétique et l’assistance à personne.

Dommages matériels

Si pour les dommages corporels, c’est l’assureur du véhicule à bord duquel voyageaient les victimes qui paie, pour les dommages matériels, c’est l’assureur du véhicule responsable de l’accident qui paie. Celui-ci est désigné par l’enquête. «Une fois que la gendarmerie détermine le véhicule responsable, l’autre va chercher un devis, si la voiture peut être réparée. (…) Sinon, l’assurance paie à l’identique, souligne Momar Seck. Un expert va évaluer la valeur du véhicule et donner un montant pour un véhicule de mêmes nature et état. L’assurance du véhicule responsable va verser à celui adverse le montant déterminé par l’expert.» 

Nouveau commentaire :

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE | Antivirus, la chronique d'Abdoulaye Der | COVID-19 | KEEMTAAN GI | Echos des Locales 2022