Boy Niang 2 - Tapha Tine pour lustrer l’image de la lutte avec frappe

SPORT
Mercredi 15 Décembre 2021

La lutte avec frappe va encore retenir son souffle ce dimanche avec le combat de lutte devant opposer Boy Niang 2 à Tapha Tine, prévu à l’Arène nationale et dont l’objectif principal devrait consister à donner une image plus sportive à la lutte avec frappe, après le fiasco ayant entouré l’affiche Papa Sow-Siteu du 5 décembre dernier.
 
Avec une discipline sinistrée par la Covid-19 et la raréfaction des sponsors, ce combat avorté est la pire publicité qui pouvait arriver à ce combat. Ce fiasco survient en effet, alors que les promoteurs ont déjà ficelé de grands combats et attendent le retour des amateurs autour de ce ‘’sport bien de chez nous’’ charriant passion, mais hélas très souvent violent.
 
Une violence illustrée à suffisance par le combat Papa Sow-Siteu qui, au lieu d’être une affiche d’anthologie, a été un retentissant flop servi aux amateurs et aux téléspectateurs qui attendaient une confrontation entre deux jeunes loups aux dents longues.
 
Avant d’ailleurs le combat proprement dit, des alertes sur les réseaux sociaux mettaient en garde contre tout déplacement vers l’Arène nationale en raison d’un nombre élevé d’agressions.
 
Pire, l’une des stars attendues, Papa Sow, se serait fait agresser par une personne entrée pour mettre de l’ambiance autour de cette affiche.
 
Au finish, blessé à la suite de cette agression, le lutteur des Parcelles Assainies a été déclaré inapte au combat.
 
Et c’est dans ce contexte que la confrontation entre Boy Niang 2 et Tapha Tine en quête de victoire pour intégrer le cercle des happy-few de la lutte avec frappe, a été programmée pour ce dimanche 19 décembre.
 
S’il se présente comme le porte-étendard de la non-violence dans la lutte, Boy Niang 2 avait animé la chronique des faits divers en s’attaquant à Zoss, lors d’un show organisé dans les locaux de la Rts1 en 2012-2013.
 
Force est toutefois de reconnaître qu’il a fait amende honorable et n’est désormais visible que par ses victoires de haute facture comme celle contre Sa Thiès, en mars 2018.
 
Un succès qui lui a ouvert la voie à une confrontation contre le frère de sa victime, Balla Gaye 2 au cours de cette saison sportive 2021-2022.
 
Boy Niang 2 devrait, comme attendu, usé de toutes les ficelles pour sortir victorieux de son combat contre Tapha Tine.
 
Ce dernier qui s’était frayé un chemin jusqu’au sommet au soir d’une victoire contre Bombardier de Mbour en 2012, peine à avancer depuis lors.
 
Entre temps, le natif de Réfane, dans le Baol, avait perdu du terrain, en concédant des défaites contre Balla Gaye et Ama Baldé.
 
Il y a aussi que dans la bourse des valeurs au niveau de la lutte, il est perçu comme un lutteur non bankable, c’est-à-dire qui attire difficilement les foules.
 
D’où la nécessité de mettre tous les atouts de son côté pour gagner avec l’aide de ses supporters.
 
Dans une enceinte de l’Arène nationale conçue pour mettre une touche de modernité à ce ‘’sport de chez nous’’ avec des supporters proches les uns et des autres, la vigilance s’impose pour éteindre toutes les étincelles pouvant mettre le feu aux poudres.
 
Le souci principal doit consister à faire en sorte que les prochains combats puissent se tenir sans souci aucun pour les amateurs et les riverains de l’enceinte sportive, et en définitive, que la lutte avec frappe continue à faire son bout de chemin parmi les sports qui content.
 
En attendant, le promoteur Pape Abdou Fall a refusé de se remettre en selle, en renonçant à réorganiser le combat avorté du 5 décembre.

APS

Nouveau commentaire :

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE | Antivirus, la chronique d'Abdoulaye Der | COVID-19 | KEEMTAAN GI | Echos des Locales 2022