De Gaulle charge son fils : « Pourquoi s’entêter à vouloir lutter alors qu’on est blessé »

SPORT
Mardi 21 Décembre 2021

Si le coach de Boy Niang 2, Cheikh Ndiaye, défend son poulain en soulignant que sa blessure à la main gauche a fait qu’il n’a pu rien faire contre Tapha Tine, par contre le père ne ménage pas son fils. « De Gaulle» souligne qu’il porte l’entière responsabilité de sa défaite face au «géant du Baol».


Dans une vidéo de Senego, le père de Boy Niang 2 décharge sa colère sur son fils pour dire qu’il porte «l’entière responsabilité de sa défaite contre Tapha Tine pour n’avoir fait qu’à sa tête». Pour l’ancien champion de lutte, le lutteur de Pikine « n’a pas suivi à la lettre » ses consignes. « Il faut respecter à la lettre les recommandations de ton kilifa (Père en Wolof). Pourquoi reculer ? Contre Sa Thiès, il a pourtant bien respecté les consignes. »

Revenant sur la blessure de son fils, De Gaulle indique que «Boy Niang n’a pas bien fermé sa main au moment de frapper, ce qui lui a valu de se retrouver avec deux doigts cassés. Et d’ailleurs pourquoi s’entêter à dire que je ne veux pas gâter le combat alors qu’on est blessé ?», s’est-il interrogé. «Face aux poids lourds, il faut qu’il écoute les consignes. Contre Lac 2 c’était la même chose. Il n’a pas respecté les consignes. D’ailleurs, je n’étais pas d’accord qu’il croise Lac 2», a fait savoir De Gaulle. Qui balaie l’argument d’une grosse différence de poids de son fils avec Tapha Tine, en s’appuyant sur les propos de Robert Diouf : « Un lutteur qui atteint 75 kilos de muscles peut battre n’importe qui.»

Nouveau commentaire :

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE | Antivirus, la chronique d'Abdoulaye Der | COVID-19 | KEEMTAAN GI | Echos des Locales 2022