Déroute de l'Olympique de Marseille : un problème d'hygiène de vie des joueurs de Rudi Garcia

SPORT
Vendredi 3 Mars 2017

Dimitri Payet
Dimitri Payet
Trois jours seulement après la déroute subie par l'Olympique de Marseille face au Paris Saint-Germain lors du Classique (1-5), les hommes de Rudi Garcia avaient une chance de se rattraper devant leur public lors du huitième de finale de Coupe de France, contre l'AS Monaco, mercredi soir dernier.  Malheureusement pour l'équipe, cette nouvelle rencontre à l'Orange Vélodrome - garni à moitié moins que contre le champion de France en titre - s'est encore soldée par une défaite, au bout du bout cette fois.

En effet, malgré un match complètement fou et trois égalisations, les Phocéens - pourtant bien plus volontaires et remontés que dimanche (4-3) - ont dû de nouveau plier face au leader de Ligue 1. Et hélas pour les Olympiens, qui ont couru après le score au courage jusqu'à la fin de la prolongation, ce nouveau revers pourrait peser lourd dans les esprits.  Certes, il y a du mieux, notamment dans l'engagement, mais les partenaires de Dimitri Payet ont encore affiché de sérieuses lacunes dans le jeu, notamment en défense.

Le physique remis en question

Désormais, l'OM n'a plus que le championnat à disputer, avec pour objectif principal de décrocher une place pour l'Europe. Peut-être de bon augure pour le groupe, dont certains éléments semblaient légèrement en dedans sur le plan physique et athlétique mercredi soir. Apparemment en souffrance en prolongations - beaucoup plus que les Monégasques - plusieurs Bleu et Blanc  ont même eu des crampes. Étrange également, lorsque Rod Fanni, entré à la 97e minute, s'est fait prendre à la course par Benjamin Mendy, pourtant aligné d'entrée sur la pelouse.

Un âpre constat qu'a remarqué l'entraîneur du club marseillais, et partagé en conférence de presse, à l'issue de la rencontre. «Pour certains comme Dimitri Payet par exemple, ce manque de rythme peut se comprendre. Pour d’autres, moins. Il va falloir qu’on se pose les questions, nous dans le staff. Mais les joueurs aussi. Quand ils sont chez eux, la récupération invisible, c’est eux qui la font. Chaque minute compte, y compris pour le coach. Savoir ce qu’ils mangent, ce qu’ils boivent, comment ils dorment, c’est capital pour gagner dimanche», peste l’entraineur Rudi Garcia.
 

Nouveau commentaire :

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE | Antivirus, la chronique d'Abdoulaye Der | COVID-19