Dr Abdoulaye Bousso : «Ce que le Sénégal doit éviter»

COVID-19
Lundi 21 Décembre 2020

"Le Sénégal est bel et bien dans une seconde vague, soutient le docteur Abdoulaye Bousso qui ajoute qu’il nous faut éviter ce que nous avions connu durant les six premiers mois de la pandémie.

«S’il y a une chose de très importante à savoir, c’est de tirerlesleçons de la première vague. Il ne faut pas que nous soyons dans une éternelle reconstruction», at-ilsoutenu.Al’en croire, «nous avons quand même vécu des mois très difficiles, avec beaucoup de cas. Du mois de mars à maintenant, nous avons une meilleure connaissance de la maladie et de son mode de transmission.» Pour lui, «cela nous permet, par rapport à la stratégie, de pouvoir nous rediriger.Aujourd’hui, on parle de vivre avec le virus. Moi, je pense que c’est un contexte plus qu’actuel.»

Sur le même registre, il laisse entendre que «dansla première partie de cette épidémie, ce que nous avons vécu n’a pas été très facile. Au-delà des malades, des pertes humaines, mais également de tout ce que cela a coûté sur le plan économique, il est effectivement indéniable de se projeter en disant que si nousrevivonsla même situation, cela va être très difficile pour nos pays». 

A ses yeux, il faut tout faire pour éviter de revivre les difficiles situations de la première vague, il rappelle que la deuxième vague est moins grave car, le virus a un taux de reproduction de 2,3% parce que c’est une personne qui en contamine deux.

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIETE | CULTURE | SPORT | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV & RADIO | TRIBUNE LIBRE | CONFIDENTIEL | COUP DE COEUR | COUP DE GUEULE | PORTRAIT | LETTRE DU JOUR | VU SUR FACEBOOK | FAITS DIVERS | INSOLITE | ILS ONT OSE LE DIRE | MEDIAS | EDITORIAL | COMMUNIQUE | NECROLOGIE | PUBLIREPORTAGE | NTIC | SANTE | JUSTICE | DIPLOMATIE | DIPLOMATIE | GUEST EDITORIALISTE | ENVIRONNEMENT | INSTITUTIONS | RELIGION | EDUCATION | AGRICULTURE | Antivirus, la chronique d'Abdoulaye Der | COVID-19